15/09/2012

Edward Hopper au Grand Palais - Cote Arthur Boyd

Rétrospective Edward Hopper au Grand Palais

 
Du 10 octobre au 28 janvier prochains, les peintures d'
Edward HOPPER seront exposées au Grand Palais (Paris). De ses peintures précoces aux oeuvres fascinantes de la maturité, 160 toiles retracent chronologiquement la carrière d'un artiste incontournable. Son Amérique fantasmée flotte entre romantisme et réalisme, inspirant au spectateur les interprétations les plus diverses.

 

hopper,grand palais,boyd

 

Ce sont d'ailleurs les Etats-Unis qui accueillent 96% de ses transactions (générant 99% de son chiffre d'affaires) depuis une quinzaine d'années. Avec seulement seize toiles passées à l'encan en plus de vingt ans, l'artiste offre des records qui donnent le vertige : Hotel Window (1955) s'arrache pour 24 m$ chez Sotheby's New-York le 29 novembre 2006, suivie par Chair Car (1965) adjugée à 12,5 m$ (Christie's New York, 11 mai 2005).

Ses toiles, plus souvent croisées dans les musées qu'en salles des ventes, déchaînent les passions lorsqu'elles changent d'heureux propriétaire. Les amateurs au porte-feuille moins garni pourront tout de même enrichir leur collection avec une estampe ou un dessin au crayon, puisque 30% des lots sont adjugés pour moins de 10 000 $.

hopper,grand palais,boyd



Nouveau record d'adjudication pour l'artiste australien Arthur Boyd

 
Lors de la vente organisée par Sotheby's à Melbourne le 14 août 2012, 
Arthur BOYD a enregistré un nouveau record d'adjudication. Bride Running Away, une de ses pièces maîtresses, a flirté avec le million et demi de dollars.


Né au cœur d'une véritable dynastie artistique, Arthur Boyd a appris à peindre dès sa plus tendre enfance. Il n'a donc pas eu besoin d'école d'art pour gagner la considération de ses pairs dès les années 70 .

 

hopper,grand palais,boyd


Ce sont ses séries Half-Caste Bride, Metamorphosis et Nebuchadnezzar qui le firent connaître. Très sombres, elles évoquent la difficulté de la condition humaine et soulèvent des questions sur les inégalités sociales. 
Les peintures de la fin des années 50 issues de sa série 
Half-Caste Bride sont rares sur le marché et prisées.

Elles sont donc de plus en plus chères : pour exemple, la toile Bride in the Moonlight, ravalée en août 2008, a été adjugée à plus de 273 500 $ en mars 2010 (Menzies Art Brands , Kensington) et a atteint 335 000 $ en juin dernier (Menzies Art Brands , Melbourne). Les pièces les plus recherchées, au style très caractéristique, ont été produites entre 1957 et 1960, à l'instar de Bride Running Away. Seules neuf d'entre elles sont apparues en salle des ventes depuis 1989 et elles sont rarement parties pour moins de 400 000 $.

 

hopper,grand palais,boyd

 


Cependant, à côté de ces enchères records, 90 % des pièces de l'artiste proposées en salles des ventes en 2011 enregistraient un résultat inférieur à 65 500$. Mais seules les œuvres de petites dimensions (entre 20 x 20 cm et 40 x 40 cm) ou de facture différente (huile sur carton, cuivre ou papier) sont adjugées sous le seuil des 30 000 $. Sa cote ne semble pas vouloir s'essouffler et elle a presque doublé depuis sa mort en 1999.

Source Artprice

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

 

Pour découvrir la suite, visitez mon site : www.lartpourtous.net

 Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

14:31 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hopper, grand palais, boyd |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |