05/04/2015

Les Interrogations liées au Marché de l'Art

Bansky et Damien Hirst, locomotives britanniques de l'art contemporain, ont bouleversé le monde des enchères, atteignant des points culminants en 2008. Ces phénomènes ont incarné les excès du marché avant la chute de Lehmans-Brothers. Que sont devenues ces signatures désormais plus discrètes ?

Bansky se maintient en toute discrétion


BANKSY est l'artiste anglais qui permit au Street Art de s'imposer comme l'un des nouveaux segments profitables du marché. Après la folle ascension de ses prix et deux adjudications millionnaires en 2008 (dont un record de 1,7 m$ chez Sotheby's New York avec Keep it spotless, soit 1,87 m$ frais inclus), suivie d'une sévère correction (certaines œuvres voyaient leur prix divisé par deux, voire par trois), quelques signes indiquent un rétablissement du marché. Banksy est en effet revenu sur le devant de la scène londonienne avec des résultats emportés au-delà des espérances courant 2014.

Parmi eux, les sculptures emportent la palme des enchères, notamment celle mettant sur piédestal un heureux accroc au shopping (Happy Shopper adjugée l'équivalent de 689 000 $, au double de l'estimation 831 000 $ frais inclus, Phillips, le 10 février), ainsi que la cabine téléphoniqueSubmerged Phone Boot, frappée au seuil du million de dollars (960 000 $, soit 1,1 m$ frais inclus, Phillips, le 15 octobre 2014).

Les jeux de contrastes irrévérencieux de Bansky séduisent tout autant les grands collectionneurs, qui se montrent néanmoins plus sélectifs que par le passé, refusant de sur-payer les œuvres. En témoigne un taux d'oeuvres invendues passé de 25% a 34% aux Etats-Unis entre la période faste de 2005-2008 et les années 2009-2014. Premier signe d'embellie en 2015 : une peinture au spray représentant un policier armé, affublé d'un 'smiley' jaune souriant en guise de visage, a vu son prix quadruplé depuis 2009. Ce Smiley Copper fut en effet adjugé l'équivalent de 67 000 $ le 12 février 2015 chez Bonhams Londres. Les sociétés de ventes regonflent le marché de Bansky en instaurant une politique d'estimation plus attractive que prohibitive.


Damien Hirst ne fait plus recette

En 2008, le marché de Damien HIRST battait celui de Claude Monet et d'Alberto Giacometti ! L'artiste le plus médiatique et le plus spéculatif de l'époque emportait, cette année là, 65 coups de marteau millionnaires, générant 230 m$ de produit de ventes... Guidé par un sens aigu des affaires, il court-circuitait le marché, rentrant directement en contact avec le public et les collectionneurs, mettant en vente ses propres œuvres aux enchères. Souvenez-vous de la vacation «Beautiful inside my head forever», entièrement dédiée à l'artiste chez Sotheby’s, qui frappait un nouveau record à 9,2 m£ (17,1 m$) pour le Veau d’or dans un bain de formol (15-16 septembre 2008).


Entre 2008 et 2014, le produit de ventes annuel aux enchères de Damien Hirst est passé de 230 m$ a 18,8 m$ (il tombe de la quatrième à la 108ème place au classement mondial). Critiques et collectionneurs sont devenus rétifs, et certaines pièces imposantes se voient ravalées malgré des estimations plus basses qu'au début des années 2000 (une accumulation de mégots de cigarettes sous vitrine est restée invendue en novembre dernier malgré une estimation basse de 500 000 $. Ce type d'oeuvres valait 570 000 $ en 2005).

Quatre œuvres sont parties au-delà du million l'année dernière, mais c'est peu, très peu en regard des performances hallucinantes emportées six ans plus tôt. Tandis que les acteurs des enchères prennent du recul, Damien Hirst poursuit son travail d'auto-promotion. Il s'apprête à ouvrir une galerie personnelle dans le quartier administratif de Lambeth, afin d'y installer sa propre collection. Des œuvres de son cru et celles acquises ces dernières années, sous les signatures de Jeff Koons, Sarah Lucas,Tracey Emin, mais encore Pablo Picasso où Francis Bacon.

Le marché est par contre au beau fixe pour d'autres artistes contemporains anglais, auréolés de nouveaux records courant 2014. Le plus impressionnant est celui deTracey EMIN, dont l'installation My Bed (1998) estimée 2 m$ passait les 3,7 m$ chez Christie's Londres en juillet 2014. Augmenté des frais acheteurs, My Bed s'est payé au final 4,3 m$, un record détonnant pour cette artiste chérie de la scène anglaise qui n'avait pas encore atteint le million en salles. Mais cette installation n'est pas n'importe laquelle, il s'agit de celle qui fut exposée à la Tate Gallery en 1999 lorsque l’artiste se trouva nominée pour le Prix Turner.

Par ailleurs, les artistes britanniques Cecily Brown (représentée par la galerie Gagosian), Bridget Riley (représentée par la galerie David Zwirner) comptent parmi les artistes femmes les plus cotées du monde.

 Source ARTPRICE

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), et toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), ainsi que les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

17:25 Écrit par L'Art Pluriel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marché de l'art, art market, hirst, bansky, tracey emin, cecily brown, bridget riley |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

25/09/2012

Le Street Art ou la fièvre de la création-imagination

Artistes Street Art de moins de 40 ans [août 12]

Le mouvement Street art est né dans les rues de New York au début des années 70. Il devient rapidement un phénomène mondial et explose au début des années 80 grâce au talent du jeune Jean-Michel BASQUIAT. C'est alors sous le pseudo de SAMO (same old shit) qu'il inonde de ses tags les rues de New York. Puis, quelques artistes vont l'importer à l'exemple du jeune Franco-américain BANDO pour la France. Le mouvement est lancé, colossal, il ne cesse de s'amplifier. Des générations d'artistes s'enchaînent laissant chacune leurs traces, leur histoire dans les rues, jusqu'à rejoindre les cimaises des musées et galeries.

En dehors du présupposé intérêt financier entraînant le Street art à sortir de la rue, il y a aussi la réalité que certains, las de voir leurs tags détruits et leurs œuvres vandalisées, aient eu envie de passer à des supports durables. Pour certains de ces véritables artistes, les murs blancs d'une galerie ou d'un musée sont aussi tout simplement une étape logique. Ainsi, plus de 40 ans après sa naissance à New York, le Street art a plus que largement franchi les portes des musées, des galeries et des salles de ventes où de nombreux records ont été frappés.


Face à cette scène d'une extraordinaire vitalité où en est la relève ? Quelles enchères ont marqué ces 12 derniers mois ?

Top 10 : Street Art, les plus belles enchères des artistes de moins de 40 ans

Rang

Artiste

Adjudication

Oeuvre

Vente

1

BANKSY

345730$

Fetish Lady (2006)

15/02/2012 (Christie's LONDON)

2

BANKSY

217994$

Girl and Balloon ()

27/06/2012 (Sotheby's LONDON)

3

BANKSY

212382$

Bronze Rat (2006)

14/10/2011 (Sotheby's LONDON)

4

BANKSY

189948$

Bird and Grenade (2002)

14/09/2011 (Christie's LONDON)

5

KAWS

155000$

"KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST" (2011)

09/11/2011 (Christie's NY)

6

BANKSY

135719$

Painting for a Sound System Lorry (1998)

28/03/2012 (Christie's LONDON)

7

BANKSY

125640$

Monkey Detonator (2000)

21/09/2011 (Bonhams LONDON)

8

BANKSY

125856$

Bullet Proof David (2006)

14/10/2011 (Sotheby's LONDON)

9

BANKSY

114631$

Love is in the Air (2002)

29/03/2012 (Bonhams LONDON)

10

BANKSY

109914$

Bronze Rat (2006)

16/02/2012 (Sotheby's LONDON)



Le résultat du Top 10 des meilleures adjudications pour un artiste de moins de 40 ans évoque sans embarras l'écrasante domination de BANKSY. Il mène la danse et impose une entrée dans le Top grâce à un prix au marteau dépassant les 100 000 $. Seul rescapé de ces résultats haut perchés, KAWS réussit à se faufiler à la 5ème place grâce à son nouveau record de vente.

Icône de la jeune génération Street art, Banksy est aussi l'artiste de moins de 40 ans le mieux vendu dans son pays et dans le monde. Artiste anonyme dont on ne connaît ni le visage ni le nom, il serait né à Bristol en Grande-Bretagne en 1974. En 10 ans, il a inondé de ses interventions urbaines (pochoirs, tags ou autres aphorismes) les murs de Paris, Dakar, Londres, New-York, Bombay... en bref du monde entier ! En bon agitateur social, il a en 2004, par exemple, imprimé une large quantité de faux billets de 10 £ à l'effigie de la princesse Diana à la place de la traditionnelle reine d'Angleterre et transformé la mention « Bank of England » en « Banksy of England ». Artiste facétieux, il prône une vision déformante intéressante pour le monde de l'art. Dans son récent film Exit through the Gift Shop (Faites le mur), on suit le parcours d'un certain MR BRAINWASH qui explose dans le cercle de l'art contemporain en détournant les recettes du Street Art et du Pop Art ! Ses infractions urbaines entre poésie et humour corrosif ont su rapidement se faire une place de choix dans le monde de l'art. Banksy entre en salles des ventes en 2005 : Bonhams et Sotheby's vendent alors 4 œuvres dont la toile Mother and Childqui double son estimation haute en partant pour 6 000 £ (près de 10 000 $, Sotheby's Londres, le 25 octobre 2005). Le phénomène Banksy est en route, porté à la fois par un extraordinaire engouement populaire et médiatique, notamment après ses pochoirs sur le mur des territoires occupés à Ramallah (2005).

 

street art,bansky,kaws, basquiat, bando

JO de Londres - 670cm x 530 cm

Des collectionneurs-stars achètent, à l'instar de Christina Aguilera, Angelina Jolie et Brad Pitt, enflammant sa cote en 2006, puis Sotheby's l'intègre pour la première fois à une vente new-yorkaise en février 2008. Le marché de l'art contemporain est à l'époque au plus fort et l'œuvre présentée, Keep it spotless, dépasse le million (1,7 m$ soit 1,16 m€). En 2012, son marché ne s'est toujours pas endormi. Pour preuve il emporte 9 places de ce classement grâce à des résultats compris entre les 109 000 $ de Bronze Rat (Sotheby's Londres, le 16 février 2012) et les près de 346 000 $ de Fetish Lady (15 février 2012, Christie's Londres). Au Jeux Olympiques de l'art, Banksy est de loin médaille d'or !

De son vrai nom Brian Donelly, Kaws est né à New York en 1974. Sa collaboration avec les Studios Disney est déterminante dans la construction de son style qui, entre précision du trait et couleurs en aplats, rappelle sans équivoque le monde du dessin animé. De nombreux éléments symboliques du célèbre studio d'animation se retrouvent dans ses œuvres à l'image du corps de Mickey ou encore des mains/gants blanches typiques de l'imagerie Disney ! Avec des moyens de production à grande échelle, Kaws décline t-shirts, sérigraphies et œuvres originales entre Art Toys et Pop Art de son bestiaire rempli de personnages récurrents : Chum, Accomplice, Companion, Bendy, Companion 5 Years Later, OF Dissected 5YL, JPP. Celui que certains appellent le Murakami américain ne pouvait trouver meilleure galerie que celle de Perrotin pour le défendre. Et en 2012, la galerie compte bien continuer à surfer sur le succès de l'artiste. Après une présentation très médiatisée à Hong Kong lors de l'ouverture du nouvel espace de la galerie, Perrotin enchaînera avec une exposition à Paris en novembre prochain.

 

street art,bansky,kaws,basquiat,bando

Bob l'Eponge

L'invasion est lancée, l'artiste devrait faire parler de lui ces prochains mois. Kaws entre en salles en 2008, année de sa première exposition chez Perrotin, et signe déjà 13 adjudications. Jusqu'en 2009, il ne dépasse que rarement les 3 000 $, sa plus belle enchère récompensant une estampe est tout de même frappée à 10 000 $ (Running Chum, Phillips de Pury & Company, Londres, le 25 avril 2009). En 2010, il franchit le seuil des 10 000 $ grâce à Thirteen Works: Untitled adjugé 15 600 $ le 13 février (Phillips de Pury & Company). Avec des résultats jusque-là en dents de scie, il fait une entrée fracassante dans ce Top grâce à la vente pour 155 000 $ de l'acrylique sur toile KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST (le 9 novembre 2011, Christie's Londres). Hybridation entre une fleur de Murakami et la tête de Bob l'éponge, KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST est de loin le record de l'artiste en dépassant presque de 10 fois le précédent, frappé à plus de 17 000 $ en octobre 2010 (Phillips de Pury & Company, Londres). Néanmoins, ce résultat reste pour le moment un cas isolé. Les enchères à venir nous en diront plus sur une possible envolée de sa cote.

Loin de s'essouffler, la Banksy mania laisse encore peu de place aux autres artistes. Il faudra viser haut et juste, entre projets médiatiques et discours percutants pour pouvoir détrôner l'anonyme le plus célèbre du monde. Loin des assertions pertinentes et de l'humour corrosif de Banksy, Kaws peut néanmoins compter sur le soutien d'un mastodonte tel que Perrotin pour enflammer ses enchères. Un peu plus loin dans les classements, les récents beaux résultats des Brésiliens OS GEMEOS, de l'Américain José PARLA, du Français Antoine GAMARD ou encore des Anglais CYCLOPS et SWOON sont à suivre de près ! Mais n'oublions pas les plus jeunes tels que NUNCA (1983) ou VHILS (1987) qui débutent en salles... 

Source ARTPRICE 

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir la suite, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

18:00 Écrit par L'Art Pluriel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : street art, bansky, kaws, basquiat, bando |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |