18/02/2015

ART ET MARKET...?

Giacometti, Artiste de l'année...

Giacometti a retenu la leçon de Rodin : ses hommes qui marchent dans des directions incertaines expriment une force et une fragilité troublantes. La puissance psychique de son œuvre en fait l'une des plus appréciée au monde. Il tient d'ailleurs la meilleure enchère 2014 a 90 m$.

Alberto GIACOMETTI est âgé d’une petite vingtaine d’années lorsqu’il quitte la Suisse pour Paris. Nous sommes en 1922, période artistiquement agitée où se prépare une révolution surréaliste sous la houlette d’André Breton. Il étudie auprès d'Antoine Bourdelle, découvre les cubistes, expérimente beaucoup. Puis, un premier électrochoc advient avec sa découverte des arts archaïques et traditionnels en 1926, c’est-à-dire la sculpture égyptienne, sumérienne, cycladique, africaine et océanique.

L’œuvre la plus emblématique de cette époque est une Femme-cuillère(1926-1927) de 143 cm. Il s’agit d’un objet totémique qui ne manque pas de convoquer l’art africain tant elle évoque la forme à la fois pleine et creuse d’une cuillère anthropomorphe Dan. Une seule version est passée en salles des ventes : elle se vendait l’équivalent de 1,49 m$ en 1990 (Sotheby’s NY). Elle décuplerait amplement ce résultat aujourd’hui. Si les œuvres de cette période sont rarissimes, toute les grandes ventes de prestige occidentales tentent d'offrir ses œuvres plus tardives, notamment ses silhouettes étirées et bosselées, célèbres dans le monde entier.

 

giacometti, alberto giacometti, bronzes giacometti


En 2002 déjà, Giacometti comptait parmi les 10 artistes les plus valorisés de la planète (Top10 d’Artprice). Son chiffre d’affaires progressait de près de 350 % par rapport à 2001, grâce à une vente fleuve orchestrée à Paris par Christie’s (35 bronzes offerts lors la dispersion de sa succession le 28 septembre 2002). Le plus beau coup de marteau revenait alors à La cage, première version (édition 3/8) partie au double de son estimation optimiste pour 1,5 m$.

 

la cage giacometti


Quatre ans plus tard, La Cage se vendait 2,2 m$ chez Sotheby's (édition 4/8, Londres, le 19 juin 2006). La surenchère est pourtant loin de se calmer. En 2010, Giacometti se met au niveau de Picasso avec la vente historique de L'Homme qui marche I, pour un coup de marteau équivalent à 92,5 m$ (Sotheby's Londres, le 3 février 2010). Aujourd'hui, rien ne laisse présager le moindre essoufflement de cote pour cet artiste majeur. Le cru 2014 est au contraire excellent, avec pas moins de 18 enchères millionnaires, dont les 90 m$ décrochés par Le Chariot, une oeuvre phare du XXème siècle vendue le 4 novembre 2014 par Sotheby's à New York.

 

homme qui marche giacometti


Ses œuvres minuscules en bronze ont flambé également. Durant les années de guerre, l’artiste réduit considérablement les échelles, à tel point que certaines œuvres tiennent dans une boite d’allumettes. Ses oeuvres de moins de 10 cm, que l'on pouvait acheter pour moins de 5 000 $ dans les années 90, valent aujourd'hui au moins 10 fois plus...

Le marché regorge heureusement d’estampes pour les amateurs moins fortunés. Giacometti a toujours été partisan de la diffusion de son œuvre, d'autant qu'il fut déjà bien coté de son vivant (dans les années 60). Elles représentent plus de la moitié des transactions de l'artiste et certaines lithographies numérotées sont encore accessibles pour moins de 1 000 $ aux enchères.

 Source Artprice

TOP 10 des invendus

 

Rang

Artiste

Estimation
basse

Estimation
haute

Oeuvre

Vente

1

Pablo PICASSO

59 569 840$

$89 354 760

Portrait de Angel Fernandez de Soto(1903)

2006-11-08 Christie's NEW YORK NY

2

Pablo PICASSO

31 863 757,5$

$38 236 509

Instruments de musique sur un guéridon (1914/15)

2009-02-23 Christie's Paris & Pierre Bergé PARIS

3

Claude MONET

30 000 000$

$40 000 000

Nymphéas (1906)

2010-06-23 Christie's LONDON

4

Vincent VAN GOGH

30 000 000$

$40 000 000

Le jardin d'automne, le jardin public (1888)

2001-05-07 Phillips, De Pury & Luxembourg NEW YORK NY

5

Pablo PICASSO

30 000 000$

 

Olga Picasso (1923)

2001-05-09 Christie's NEW YORK NY

6

Francis BACON

30 00 0000$

$40 000 000

Study For Portrait Of P.L. (1962)

2013-05-14 Sotheby's NEW YORK NY

7

Vincent VAN GOGH

28 000 000$

$35 000 000

The Fields (c.1890)

2007-11-07 Sotheby's NEW YORK NY

8

George Wesley BELLOWS

25 000 000$

$35 000 000

Men of the Docks(1912)

2007-11-29 Christie's NEW YORK NY

9

Pablo PICASSO

25 000 000$

$35 000 000

La lampe (1931)

2007-11-07 Sotheby's NEW YORK NY

10

Edvard MUNCH

25 000 000$

$35 000 000

Fertility (1899/1900)

2010-05-04 Christie's NEW YORK NY


Trop de Picasso

Dans ce top 10 des invendus : 4 œuvres de Pablo Picasso ; l'une de 1903, une autre de 1914/15, une troisième de 1923 et enfin de 1931. Quatre œuvres de quatre périodes différentes donc, de l'abstrait au néoréalisme.


Picasso fut, on le sait, un artiste des plus prolifiques.

Aux enchères, son nom se montre presque omniprésent avec 3 913 lots en 2014 (dont 2 853 vendus), parmi lesquels 62 adjugés au-dessus du million de dollars. C'est dire l'enthousiasme du marché pour cet artiste. Et ses chefs-d’œuvre sont si nombreux qu'ils constituent un marché quasiment à eux-seuls. Un marché avec ses propres invendus...

Parmi les plus remarquables : Portrait d'Angel Fernandez de Soto (1903). Cette toile avait été estimée entre 40 et 60 millions de dollars par la maison Christie's chez qui elle était mise en vente le 8 novembre 2006 au 20 Rockefeller Plaza. Une soirée qui fut dans sa totalité une véritable réussite, enregistrant un record absolu en termes de produit des ventes, qui reste aujourd'hui encore le 5ème meilleur résultat en une seule séance. Au milieu des 72 lots qui s'y succédèrent : 9 toiles du maître espagnol, dont deux qui n'atteignirent pas le prix de réserve décidé par les détenteurs.


Les records

Dans ce Top 10 des invendus, deux toiles également de van Gogh, une de Francis Bacon et puis une autre d'Edvard Munch. Depuis 1990, ces trois là se relayent, avec Pablo Picasso, à la tête du record aux enchères publiques. Est-ce une coïncidence si leur nom se retrouve simultanément dans de ces deux classements ?

Ou bien faut-il y voir une limite atteinte par le marché ?


Tandis que le triptyque intitulé Three studies of Lucien Freud atteignait le prix d'adjudication exhubérant de 127 millions de dollars le 12 novembre 2013 chez Christie's New York, le 14 mai de la même année, Study For Portrait Of P.L. (1962) échoua à atteindre l'estimation basse fixée par Sotheby's NY à 30 000 000$. Si bien que l'on peut conclure que si frénésie il y a sur le marché de l'art et que celle-ci se concentre sur une poignée d'artistes, elle conserve toutefois certaines limites.


L'inattendu

Si les quatre premiers noms nous ont habitué aux prix exorbitants, le dernier de cette liste beaucoup moins. George Wesley Bellows (1882-1925) n'est pas tout à fait un inconnu dans les grandes maisons de ventes (au total 13 de ses œuvres déjà ont dépassé le million de dollars aux enchères publiques), mais son record à 25 millions de dollars, réalisé le premier décembre 1999 chez Sotheby's à New York reste exceptionnel, et n'a plus été approché depuis. Le second meilleur résultat pour l'une de ses œuvres demeure loin en dessous, à 6,9 millions de dollars. Aussi, peut-être la prestigieuse maison de ventes Christie's fut elle audacieuse lorsqu'elle évalua Men of the Docks (1912) entre 25 et 35 m$, c'est à dire en mettant l'estimation basse au niveau d'un record historique, réalisé 8 années auparavant.

Ces invendus historiques ne sont pas tous très récents. Mais ils montrent que même les plus grandes signatures, celles que l'on dit attiser le plus les pratiques spéculatives, ne rencontrent pas toujours la demande attendue.

Source Artprice

 

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), et toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), ainsi que les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

 

20:16 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : giacometti, alberto giacometti, picasso, monet, bacon, van gogh |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

20/05/2014

Un milliard de dollars dépensé en deux soirées

Un milliard de dollars en deux soirées ! Que faut-il penser de tout ça ?


Les résultats sont tombés : les seules ventes du soir pour l'art Après-Guerre et Contemporain à New York les 13 et 14 mai 2014 ont finalement rapporté… plus d'un milliard de dollars.

A ce jeu, Christie's emporte largement son pari et étonne par la puissance des résultats. La multinationale britannique, qui appartient depuis quelques années à l'industriel français François Pinault, attendait 500 m$ le 13 mai au soir et annonce 745 m$ avec 95% de lots vendus, contre 85% chez sa concurrente Sotheby's, qui génère 364 m$ de chiffre à l'issue de la soirée du 14.

Des milliardaires issus de plus de 30 pays ont fait grimper les enchères à des niveaux stratosphériques et, selon Christie's, les acheteurs asiatiques se sont montrés particulièrement déterminés. Plusieurs lots ont enterré des prévisions où des anciens records de quelques millions.

Parmi les oeuvres phares, le monumental Jean-Michel BASQUIAT de 1981 de Christie's à passé son estimation haute d'un million pour un coup de marteau final à 31 m$ (Untitled, 34,885 m$ frais inclus) ; et le Popeye de deux mètres de haut signé Jeff KOONS est désormais propriété de Steve Wynn qui l'emporte pour 28,165 m$ frais inclus. Quant à l'Abstraktes Bild (712) de l'Allemand Gerhard RICHTER, elle reste dans sa fourchette d'estimation à 26 m$ et 29,285 m$ frais inclus.

Le résultat le plus impressionnant de ces ventes récompense Francis BACON à hauteur de 80,8 m$ frais inclus (72 m$ au marteau) grâce à un rare triptyque intitulé Trois Études pour un portrait de John Edwards (1964) (Studies for a portrait of John Edwards). L'oeuvre aurait été acquise pour une quinzaine de millions de dollars il y a moins de quinze ans en vente privée chez Sotheby's. L'acheteur inspiré de l'époque empoche quelques 57 m$ sur cet aller-retour. Rappelons qu'entre son achat au début des années 2000 et sa revente la semaine dernière, Bacon est devenu l'artiste le plus cher du monde aux enchères avec les 127 m$ frappés pour un autre triptyque (Three Studies of Lucian Freud, Christie's New York le 12 novembre 2013, plus de 142 m$ frais inclus). Cette pièce majeure était composée de trois huiles sur toile, mesurant chacune 198 x 147,5 cm. Un ensemble complet en salle est d'autant plus rare qu'on ne connait que 28 triptyques de Bacon, dont au moins 12 se trouvent dans des collections publiques, et seulement 4 ont déjà été proposé en salles.

Flambée continue pour les expressionnistes américains

Les occasions d'enchérir sur une toile majeure de Barnett NEWMAN sont rares, trop rares pour ne pas se battre tant l'artiste est une figure majeure de l'art du XXème siècle et tant les autres complices de l'expressionnisme abstrait, comme Pollock et Rothko, ont défriché avant lui un marché très haut de gamme d'oeuvres susceptibles de se vendre, en privé ou en public, autour des 100 millions.

Le 13 mai, Christie's enregistrait 150,3 m$ en vendant deux oeuvres seulement : un superbe champ coloré de Mark ROTHKO, daté de 1952 cote désormais 66,2 m$ et, surtout, la toile Black Fire I de Barnett Newman s'est arraché 84,1 m$ (frais inclus), soit 45 millions au-delà du précédent record de l'artiste (précédent record à 39 m$ avecOrnement VI, 43,845 m$ frais inclus, Sotheby's, 14 mai 2013). La cote de Newman vient donc rattraper celle de Rothko, grand élu de l'expressionniste américain depuis les enchères historiques de 2007 et toujours détenteur du record pour le mouvement, depuis les 86,8 m$ payés en 2012 pour Orange, Red, Yellow (toile adjugée 77,5 m$ le 8 mai 2012 chez Christie's).

Trois Warhol majeurs rapportent 134 m$

Habituelle star de ces grandes ventes, Andy WARHOL était représenté par des pièces majeures : White Marilyn etRace Riot chez Christie's, contre une superbe série de six autoportraits chez Sotheby's. Frais inclus, ces trois oeuvres représentent un chiffre d'affaires de 134 m$. La première présentée à enchères fut Race riot, une oeuvre de 1964 réalisée d'après une photographie de presse lors de émeutes raciales de Birmingham. Race Riot affichait de nombreux atouts : un sujet parmi les plus recherché, une œuvre ample (152,4 x 167,6 cm), une répétition différenciée par les couleurs et une provenance importante, celle de la collection Mapplethorpe. Cette sérigraphie sur toile, qui cotait 570 000 $ en 1992 (vente Christie's New York, 18 novembre 1992), s'est vendue cette fois 56 m$ (62,885 m$ frais inclus) et s'inscrit comme la quatrième oeuvre de Warhol la plus chère du marché.


Quelques minutes plus tard, Christie's annonçait son second trésor warholien : une « 
Marilyn Blanche », estimée 12 à 18 millions. Il s'agit de l'un des douze portraits de la star hollywodienne, chacun réalisé sur un fond de différente couleur. Cette œuvre est historique : non seulement elle fut réalisée peu après la mort de Marylin, mais elle marque aussi un tournant dans le parcours de Warhol, qui travailla pour la première fois sur une toile de soie avec cette série. Cette « emblème du Pop art » selon Christie's a atteint 36,5 m$, au double de l'estimation haute. Malgré ses modestes dimensions (50,8 x 40,6 cm), l'oeuvre se paie finalement 41,045 m$ frais inclus.


Il fallait patienter jusqu'au lendemain pour voir le troisième lot phare de Warhol, présenté cette fois chez Sotheby's. Il s'agit d'un autoportrait de l'icône Pop répété à six reprises, le visage sérigraphié de six couleurs différentes. 
Six Self Portraits aurait été acheté pour 57 000 $ dans une galerie de Londres en 1986. Attendue cette fois entre 25 et 35 m$, elle se paie finalement 30,125 m$ frais inclus.

La manne de l'art contemporain récompense aussi les plus jeunes stars du marché. Parmi les nouveaux records enregistrés la même semaine à New York, citons les signatures de Joe BRADLEYDan COLEN ou Wade GUYTON. L'art contemporain continue, cette année, de défier les pronostics et d'afficher une vitalité plus prégnante que sur les autres segments du marché.

Source Artprice

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

 Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

 




15/02/2014

Ventes d'Oeuvres d'Art en 2013 : l'année de tous les records

 

Le produit des ventes aux enchères d'œuvres d'art dans le monde a augmenté de 13,17% en 2013, à 12,05 milliards de dollars, établissant un record historique, a annoncé ce mercredi la société française Artprice à l'AFP.

 

Ce rebond des ventes de « Fine art » (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes) survient après une baisse de plus de 9 % en 2012, à 10,64 milliards de dollars (chiffres revisés), liée à une forte contraction du marché chinois alors que les Etats-Unis progressaient. Avec des ventes de 4,078 milliards de dollars (+21%), la Chine arrive en tête pour la quatrième année d'affilée, mais d'extrême justesse, devant les Etats-Unis, qui affichent un produit de 4,016 milliards de dollars (+20%), a indiqué le numéro un mondial des données sur le marché de l'art. Le rapport annuel sur le marché de l’art sera rendu public dans une dizaine de jours.

Un record pour un Bacon

Les grandes puissances représentent à elles seules les deux tiers du marché de l’art : 33,84 % de part de marché pour la Chine et 33,33 % pour les Etats-Unis. La place de New York « s’impose comme l’épicentre du marché haut de gamme », avec 39 des 50 meilleures enchères de l’année, souligne Artprice. En troisième position arrive le Royaume-Uni, avec des ventes de 2,11 milliards de dollars et une part de marché 17,57 %.

La France conserve sa quatrième place , avec des ventes de 549 millions de dollars et une part de marché de 4,56 %. L’Allemagne est cinquième (207 millions de dollars) devant la Suisse (159 millions de dollars). « Cette année faste est portée par une demande mondialisée avec notamment des acheteurs d’Asie, du Moyen-Orient et de Russie qui jouent un rôle crucial dans la bonne tenue du marché et affichent un féroce appétit pour les artistes phares du XXe siècle qui s’arrachent record après record », analyse Thierry Ehrmann, fondateur et PDG d’Artprice.

 

Andy Warhol reste n° 1 en 2013



L’Américain Andy Warhol conserve sa place de numéro un au palmarès des enchères mondiales de 2013, juste devant Pablo Picasso. Le Chinois Zhang Daqian passe à la troisième place, a annoncé mercredi la société Artprice. 
Avec des ventes cumulées de plus de 367 millions de dollars hors frais (270 millions d’euros), Andy Warhol (1928-1987), roi du Pop art, trône en haut du podium.

Son enchère maximale l’an dernier a été de 94 millions de dollars. Picasso (1881-1973) regagne une place avec 361 millions de dollars de ventes cumulées. Zhang Daqian (1899-1983) est 3è avec 291 millions de dollars de ventes, tandis que l’Américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988), qui a connu une pluie de records l’an dernier, grimpe à la 4è place avec 250 millions de dollars de ventes cumulées. Le Chinois Qi Baishi (1864-1957) est 5è avec des ventes de 230 millions de dollars. Le Britannique Francis Bacon (1909-1992) est 6è, avec des ventes de 195 millions de dollars.

 
L’année a été marquée 
« par un repositionnement » des artistes occidentaux qui avaient cédé du terrain face à certains artistes chinois, dont Zhang Daqian, premier en 2011.

Un record absolu pour une oeuvre d’art aux enchères a été franchi le 12 novembre 2013 avec la vente par Christie’s à New York d’un triptyque du peintre britannique Francis Bacon consacré à Lucian Freud, pour la somme de 127 millions de dollars (142,4 millions frais compris). L’année a été marquée par près de 15.000 nouveaux records d’artistes, note Artprice, qui a noué début 2013 une alliance avec le conglomérat chinois Artron, gestionnaire des statistiques du marché chinois.

 

picasso,le rêve de picasso,bacon ,barnett newman,jeff koons,zhang daqian,andy warhol, basquiat

BACON

En matière d'oeuvres d'art, les chiffres peuvent parfois monter très haut. 2013 l'a rappelé avec des acquisitions parfois spectaculaires lors des ventes aux enchères réalisées ces derniers mois. Retour sur le top 5 des oeuvres les plus chères vendues en 2013.



Le Rêve de Pablo Picasso

Ce tableau serait donc l'oeuvre d'art la plus chère de 2013, et la quatrième de l'histoire derrière "Les Joueurs de cartes" de Paul Cézanne, "N°5, 1948" de Jackson Pollock et "Woman III" de Willem de Kooning.

 

picasso,le rêve de picasso,bacon ,barnett newman,jeff koons,zhang daqian,andy warhol, basquiat

Le Rêve - PICASSO

Vendu par le magnat américain des casinos, Steve Wynn, il a été acquis par un autre collectionneur privé en mars 2013 pour la somme de 155 millions de dollars. (L’agence Bloomberg annonça la vente pour 155 millions de dollars dans le cadre d’une transaction privée d’un Picasso mythique, à l’histoire tourmentée « Le rêve ». Cela pourrait être le Picasso le plus cher jamais vendu. L’acheteur : le célèbre patron de Hedge fund newyorkais à la tête de SAC Capital advisors LP, Steven Cohen) .

 

Trois études de Lucian Freud par Francis Bacon

Contrairement à ce qui a été annoncé lors de sa vente au mois de novembre, "Trois études de Lucian Freud" de Francis Bacon n'est pas l'oeuvre d'art la plus chère de tous les temps. Adjugé à 142,4 millions de dollars chez Christie's, ce triptyque achevé en 1969 est en effet devancé par plusieurs ouvres dans l'histoire, et même pour l'année 2013.

 

Anna's Light de Barnett Newman

Cette oeuvre de Barnett Newman, l'un des chefs de file de l'expressionnisme abstrait, a été adjugée à 105,7 millions de dollars en octobre dernier, à l'occasion d'une vente privée.

 

picasso,le rêve de picasso,bacon ,barnett newman,jeff koons,zhang daqian,andy warhol, basquiat

B.NEWMAN

 

Silver Car Crash (Double Disaster) d'Andy Warhol

Le 13 novembre 2013, "Silver Car Crash (Double Disaster)" est entré dans le top 20 des tableaux les plus chers de l'histoire. Habitué du classement des artistes les plus chers, Andy Warhol a de nouveau été plébiscité avec la vente de ce diptyque monumental pour la somme de 105,4 millions de dolalrs

 

Balloon Dog (Orange) de Jeff Koons

 

Certes, Jeff Koons est assez loin derrière avec "Balloon Dog (Orange)". En novembre dernier, sa sculpture a été vendue à un particulier chez Christie's (New York) pour un montant de 58,4 millions de dollars. L'Américain, qui a récemment réalisé un coffret à champagne pour Dom Pérignon, n'en est pas moins devenu l'artiste le plus cher de tous les temps... de son vivant.

Source Artprice

 Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 

ALAIN VERMONT