01/02/2018

Les Chiffres de l'année 2017

De 1 à 20 ans

2017 marque, d’une part, les 20 ans du musée Guggenheim de Bilbao, l’un des cinq musées de la fondation Solomon R. Guggenheim, situé au Pays basque espagnol et, d’autre part, l’inauguration de l’un des musées les plus attendus du monde : le Louvre d’Aby Dhabi en novembre dernier.

Un trésor de 200 millions de dollars

Leonard de Vinci faisait dejà parler de lui en tout début d’année, sa Dame à l’hermine étant l’un des joyaux de la célèbre collection Czartoryski dont l’ensemble fut acheté 200 m$ par le gouvernement polonais. Une somme modeste compte-tenue de la qualité de cette collection comprenant aussi des chefs-d’oeuvre de Rembrandt, Raphaël, Dürer, Renoir, Francois Clouet, Pierre Brueghel entre autres.

Hockney = 774 500 $

C’est le prix payé pour l’oeuvre Steps with Shadow F (Paper Pool 2) (1978) de David HOCKNEY chez Phillips le 19 janvier à Londres. Âgé de presque 80 ans, le peintre britannique enregistrait le premier résultat fort de l’année 2017 et confirmait son prestige en salle de ventes parallèlement aux grandes rétrospectives dont il vient de faire l’objet.

59,3 m$ pour un Klimt

Le 1er mars 2017, la toile Bauerngarten de Gustav KLIMT, un remarquable paysage fleuri de 110 sur 110 centimètres, a atteint 59,3 m$ réalisant une belle plus-value étant donné que la toile fut achetée 5,3 m$ en novembre 1994 dans le cadre d’une importante cession de ventes de Christie’s à Londres.

332,8m$ : un sommet pour l’art asiatique

Le 15 mars 2017 est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des ventes asiatiques menées par Christie’s : le rouleau des Six Dragons de CHEN Rong, artiste chinois actif au XIIIème, estimé entre 1,2 et 1,8m$ est parti pour 49m$, devenant l’oeuvre chinoise la plus chère vendue en-dehors de son pays. Le rouleau des Six Dragons marquait le point d’orgue de la semaine asiatique de New York qui s’est conclus sur un produit de ventes record pour Christie’s de 332.8m$.

289 m$ : autre record pour Christie’s

Le produit de ventes de Christie’s du 15 mai 2017 pour sa vente d’art impressionniste et moderne affiche 289 millions. La maison de François Pinault réalisait alors son meilleur résultat pour une session Impressionniste et Moderne depuis 10 ans. Elle surpasse cette année largement sa concurrente Sotheby’s (174 m$).

100 ans après Degas

Christie’s a marqué le centenaire du décès d’Edgar DEGAS en vendant à Paris 55 dessins de jeunesse provenant de la famille de l’artiste, le 23 mars 2017. Ces dessins d’atelier constituent ont révélé des études d’antiques, de nus, des portraits de famille et d’autres dessins d’après Mantegna, Rembrandt, Pérugin, Michel-Ange, Poussin ou Géricault jamais vu sur le marché auparavant.

+55 % de plus-value pour Picasso

La plus-value réalisée pour la toile Femme assise, robe bleue (1939) de Pablo PICASSO est de +55%. Achetée 29 m$ en 2012 chez Christie’s à Londres, elle a été vendue 45 m$ cinq ans plus tard de l’autre côté de l’Atlantique, par la même maison.

 

57,36 m$. Record pour Brancusi

La muse endormie de Constantin BRANCUSI, superbe bronze doré estimé entre 20 et 30 millions de dollars le 15 mai 2017 chez Christie’s à New York a fait voler en éclats les prévisions pour amener le nouveau record mondial de l’artiste à 57,36 m$ après une bataille d’enchères de près de dix minutes. Cette sculpture emblématique, valorisée 6,6 m$ il y a 20 ans, fut créée en 1909 dans une version en marbre d’après laquelle Brancusi réalisa un moulage en plâtre puis une édition de six bronzes seulement. L’oeuvre présentée le 15 mai était le sixième et dernier bronze connu de cette petite série.

110,5 m$. Record pour Basquiat

Le 18 mai 2017, le collectionneur Japonais Yusaku Maezawa était à l’origine d’un véritable coup d’éclat en permettant à une œuvre de Jean-Michel BASQUIAT de passer pour la première fois le seuil des 100 millions de dollars aux enchères : Untitled (1982) partait pour 110,5 m$ chez Sotheby’s à New York. Cette toile avait été achetée 19 000 $ en 1984 et a donc été revendue 5 800 fois ce montant 33 ans plus tard, établissant un nouveau record pour le jeune grapheur issu du Bronx. Basquiat a ainsi intégré le cercle restreint des artistes vendu plus de 100 millions aux enchères.

5,5m$. Record pour Riopelle

5,5 m$ : le nouveau record absolu venu récompenser la grande toile Vent du nord de l’artiste abstrait Jean-Paul RIOPELLE le 24 mai 2017 à Toronto chez Heffel Fine Art. Ce nouveau sommet affiche trois millions de plus que le précédent, atteint en 2012 chez Christie’s Paris. Vent du nord est aussi la deuxième œuvre canadienne la plus valorisée aux enchères, après une toile de l’artiste ontarien Lawren Harris, Mountain Forms, vendue 8,3 m$ en novembre 2016 chez Heffel.

214 000 $. Record pour Combas

214 000 $ est le record mondial établi pour une toile de l’artiste français Robert COMBAS à l’occasion d’une vente aux enchères non pas en France – où se joue plus de 80% de son chiffre d’affaires – mais à Taiwan, chez Ravenel International, le 3 juin 2017. Le succès emporté par cette oeuvre de 1987 intitulée Le Roi Soleil démontre que l’artiste emblématique de la Figuration libre commence à être plébiscité en Asie.

6,8 m$. Record pour Soulages

Un nouveau record mondial pour le grand artiste abstrait français Pierre SOULAGES est enregistré le 6 juin chez Sotheby’s à Paris pour Peinture 162 x 130 cm, 14 avril 1962. Dix enchérisseurs se sont disputés cette grande toile noire et bleu, la hissant à 6,88 m$. La toile avait pourtant été ravalée l’an dernier chez Phillips Londres (le 09 février 2016) et cotait moins de 340 000 $ en 1990 (le 6 décembre 1990 chez Sotheby’s à Londres).

42,26 m$. Record pour Kandinsky

La grande vente impressionniste et moderne de Sotheby’s le 21 juin a permis d’établir un nouveau record pour le père de l’abstraction, Wassily KANDINSKYPainting with white lines, garantie pour un résultat à plus de 35 m$, s’est envolée pour plus de 42,26 m$. Ce sommet arrivait quelques minutes seulement après la vente d’une toile aux accents fauves de l’artiste, intitulée Murnaü. Paysage avec maison verte cédée plus de 26,8 m$… un record de courte durée ! Avec quatre toiles et cinq dessins vendus en juin, le produit des ventes de Wassily Kandinsky atteignait 75 m$ en un mois, faisant mieux que Pablo Picasso lui-même.

29 % d’invendus

Le taux d’invendus pour l’ensemble des 86 ventes organisées sur le sol anglais en juin. Les grandes ventes du soir de Christie’s et Sotheby’s, mais aussi celles de Phillips et Bonhams, affichent un taux inférieur à 10 %.

+5,3% de résultat

La hausse du produit des ventes aux enchères dans le monde sur le premier semestre 2017 par rapport au S1 2016, la reprise est alors de mise sur les grandes places de marché, notamment avec les performances du marché américain, dont le chiffre d’affaires affiche une progression de +28% fin juin.

 

16,7 m$ pour une toile de Mark Grotjahn

L’artiste américain Mark Grotjahn (1968) signe un record sans précédent le 17 mai 2017 : 16,7m$ pour sa toile Untitled (S III Released to France Face 43.14). A l’issue du premier semestre, ses performances aux enchères surclassent celles de David Hockney, Damien Hirst ou Jeff Koons, et il intègre le classement des 50 artistes les plus performants du marché, toutes périodes de création confondues. D’une dizaine d’années plus jeune que Jeff Koons, Mark Grotjahn a été repéré à 30 ans par la galerie Blum & Poe. Plusieurs musées importants se sont intéressés à sa peinture au début des années 2000, avant que sa cote ne s’envole aux enchères.

-43 % en Turquie

En Turquie, le marché de l’art affiche des chiffres alarmants sur les six premiers mois de l’année: le résultat de ses ventes aux enchères perd -43% comparé au premier semestre 2016. Des tensions politiques affectent également les performances des Philippines -8 % ou encore d’Israël -39 %.

+48% au Japon

Le marché de l’art contemporain Japonais opère un bond en avant conséquent, ses recettes annuelles passant de 6,7m$ à 9,98m$ entre juin 2016 et juin 2017. Le volume d’affaires affiche ainsi une forte hausse de 48%, illustrant des échanges particulièrement dynamiques en salles de ventes.

8,5 m$ pour Gauguin

Le 16 juin 2017 à Berne en Suisse, l’esquisse de Paul Gauguin intitulée Tête d’une jeune femme Tahitienne (1891/92) dépasse largement l’estimation de un million fournie par la Galerie Kornfeld, en partant pour 8,5 m$ et en signant alors la meilleure adjudication de l’année hors Etats-Unis, Chine et Angleterre.

0 % de frais acheteur

La maison Sotheby’s décide de lever complètement les frais acheteurs sur les enchères en ligne, espérant ainsi voir ce marché enfin se développer.

42 % : l’enjeu de l’art actuel

New York représente 42% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Londres, avec 22 %, devance largement Paris (2,2 %), tandis que Berlin (0,2 %), Madrid (0,1 %), et Rome (0,01 %) prennent du retard. L’analyse d’Artprice révèle que l’art contemporain est devenu le premier moteur du marché, celui qui rythme le calendrier et concentre les plus grands enjeux.

+14% pour l’art contemporain

Le Rapport sur le Marché de l’Art Contemporain d’Artprice révèle début octobre le retour de la croissance après deux années consécutives de fléchissement, avec un résultat en hausse de +14% par rapport à l’exercice précédent.

80 % à moins de 8 000$

La grande majorité des œuvres contemporaines, 80%, changent de mains sous le seuil des 8 000 $. Le marché de l’art contemporain est donc majoritairement abordable. Les adjudications supérieures à 500 000 $ représentent quant à elles moins de 1% des transactions.

14% de femmes

Le Top 500 du marché de l’art contemporain d’Artprice analyse la part des femmes parmi les 500 signatures dominantes. Elles plafonnent à 14% si l’on prend en considération l’ensemble des artistes nés après 1945. La proportion atteint cependant 31% pour la génération des artistes nés après 1980. Une féminisation du marché de l’art est en cours mais le déséquilibre reste prégnant.

369 m$ pendant la Frieze

Le chiffre d’affaires généré par les grandes maisons de ventes au cours de la Frieze Week au début du mois d’octobre atteint 369m$. Un peu plus de 1 000 lots Fine Art ont été adjugés en six jours à Londres, pour un résultat total en hausse de +47 % par rapport à 2016. En déplaçant en octobre sa session londonienne d’Art Contemporain et d’Après-guerre pour la faire coïncider avec la Frieze, Christie’s a su profiter du rassemblement des grands collectionneurs.

 

Les 20 ans d’Artprice

Artprice fête ses 20 ans et annonce la création de trois nouveaux indices, dont l’Artprice100 : un nouvel indicateur qui se concentre uniquement sur les cent artistes qui dominent le Marché de l’Art. En pratique, l’Artprice100 écarte les valeurs les plus volatiles afin d’éliminer les phénomènes spéculatifs ainsi que les effets de mode.

450 millions : le nouveau record mondial

Les 450 m$ déboursés pour acquérir le Salvator Mundi de LEONARDO DA VINCI (1452-1519) marquent un record absolu dans la longue histoire des enchères, un record doublant largement le précédent sommet mondial. Historique, il enterre le précédent record de l’Art ancien, emporté à 76,7 m$ en 2002 pour le Massacre des Innocents de Peter Paul Rubens, et fait plus que doubler le précédent record mondial qui culminait à 179,3m$ pour Les Femmes d’Alger de Pablo Picasso, vendue en mai 2015 par Christie’s. Cette vente replace la période des Maîtres Anciens sur le devant de la scène, alors que ce segment semblait avoir perdu la préférence des collectionneurs.

Les records du 13 novembre

La vente d’art Impressionniste et Moderne de Christie’s organisée le 13 novembre 2017 s’est conclue sur une pluie de records : Contraste de formes (1913) de Fernand LÉGER (1881-1955) a atteint 70 m$, ce qui constitue le nouveau record mondial de l’artiste français, bien au-delà des 39,2 m$ atteint il y a cinq ans. Nouveau sommet également pour Édouard VUILLARD (1868-1940), avec sa subtile toile intitulée Misia et Vallotton (1899) partie pour 17,75 m$, qui enterre de près de 10m$ son précédent record ; et pour le peintre Belge René MAGRITTE (1898-1967), dont L’empire des lumières (1949) a trouvé preneur pour 20,5 m$.

Deux records en une heure

La société Sotheby’s était chargée de la dispersion d’une toile majeure de Marc CHAGALL (1887-1985), le 14 novembre 2017 : Les Amoureux, une toile restée dans la même collection privée pendant près de 90 ans, avant de changer de mains à New York pour 28,4 m$. Quelques minutes après cet impressionnant record, Sotheby’s frappait la seconde meilleure enchère de l’artiste, en vendant Le grand cirque pour 16 m$. Une soirée faste pour l’art de Chagall, honoré de deux records en moins d’une heure.

785,9 m$ la soirée

Avec un résultat global de 785,9 m$ contre une estimation basse initiale de 410 m$, la vente d’art du 15 novembre 2017 de Christie’s s’impose comme l’une des meilleures ventes aux enchères de l’histoire, grâce au Sauveur du monde de De Vinci. 34 nationalités étaient inscrites pour porter les enchères sur les lots contemporaines de la vente.

26 m$ pour Zao Wou Ki

Le nouveau record pour une peinture à l’huile chinoise récompense la toile 29/01/64 de ZAO Wou-Ki (1921-2013) qui a enflammé la vente de Christie’s Hong Kong, le 25 novembre. 29/01/64 a battu le précédent record pour une œuvre chinoise sur toile, record jusqu’alors détenu par Zeng Fanzhi.

622 lots dans la dernière vente Petiet

Les 25 et 26 novembre, la société Ader-Nordmann organisait la 50ème et dernière vente Petiet, à l’Opéra Comique de Paris. Une vente « à l’ancienne », sans internet, pour théâtraliser cet évènement parmi les plus attendus de l’automne. Point d’orgue de cette ultime vente : Ader-Nordmann proposait l’intégralité de la Suite Vollard par Pablo PICASSO (1881-1973), finalement vendue pour 1,9m€. Parmi les 622 lots offerts, les estampes de Gauguin, Degas, Matisse ou Daumier ont doublé, voire triplé, des estimations volontairement basses et attractives, tandis que certaines épreuves sont demeurées dans des gammes de prix tout à fait abordables.

Un Qi Baishi à plus de 100 millions

QI Baishi (1864-1957) est devenu le premier artiste chinois vendu plus de 100 millions de dollars. Il culmine désormais à 140,9 millions de dollars pour un ensemble de douze écrans paysagers achevés en 1925, en pleine maturité de son art. La détermination de l’acheteur pour acquérir cet ensemble de douze dessins a permis un rééquilibrage entre le marché occidental et le marché asiatique car jusqu’à présent, seuls des artistes occidentaux avaient passé un tel seuil de prix aux enchères. L’art de Qi Baishi est donc entré dans le cercle très restreint des sept artistes à avoir dépassé le seuil des 110m$ aux enchères, avec Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Alberto Giacometti, Francis Bacon, Edvard Munch et Jean-Michel Basquiat.

3 chinois dans le Top

Le nombre de peintres chinois dans le top 10 des artistes par produit de ventes en 2017. Il y a 20 ans, aucun nom chinois ne figurait dans ce classement.

Source ARTPRICE

16:06 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marché de l'art, ventes aux enchères |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |