23/04/2013

La Maison des Paons à Genève, à revoir ou à découvrir.

La belle Genève dispose d'une Architecture Art Nouveau, très confidentielle, mais expressive. L’expansion que connaissait la ville au début du 20ème siècle fut certainement « freinée dans ses envies » de Modern Style, par un sens peut-être trop calviniste de la modération.

Cependant, un immeuble à lui seul, « historise » le Genève de 1900, la Maison des Paons, située au n°7 de l’avenue Pictet-de-Rochemont, aux Eaux-Vives.

 

IMG_3126.jpg

Des excroissances de pierre, des enroulements de végétaux, et des fenêtres arrondies personnalisent cette construction particulière, de même que les magnifiques clochetons, recouverts de tuiles vernissées qui rappellent si bien le style national suisse. Les paons qui ont donné son nom à cet édiffice, positionnés dans une interruption de la corniche, font la roue, pour mieux embellir cet exceptionnel bâtiment. La porte, aux décors de roseaux, ainsi que les autres fenêtres, expriment une décoration soignée, plus raisonnable.

IMG_3151.jpg


La construction peut être datée 1902-1903. Les architectes avaient pour noms Eugène Cavalli et Ami Golay. Le sculpteur s'appelait Emile-Dominique Fasanino. Quant au Maître Ferronnier, auteur des majestueux garde-corps des balcons, et des non moins majestueux ornements métalliques des toitures, ce dernier avait pour nom Alexandre Vailly.


Apparemment, Ami Golay n’a jamais travaillé seul, puisqu’on ne connaît de lui que des constructions réalisées en collaboration avec Joannes Grosset, à savoir, le kiosque à musique du Jardin anglais (1895), les immeubles de la rue de la Tour-Maîtresse (1898-1900), ainsi que ceux situés boulevard Georges-Favon, place du Cirque, rue de l’Arquebuse et rue de Hasse.

 

IMG_3183.jpg



Eugène Cavalli quant à lui, dessina seul l’immeuble du 44, rue de la Terrassière (1903-1904). Plus tard, associé à Léon Belloni, il proposa un nouveau projet pour l’école des Pervenches, en 1907, mais ce dernier ne fut pas retenu.

 

IMG_3150 (1).jpg

 

La Maison des Paons semble donc être la seule, mais brillante « intrusion » de ces architectes dans l'esprit premier de l’Art Nouveau.

 

IMG_3141.jpg

Un second immeuble, né de la collaboration de ces hommes-bâtisseurs, s'appelle la Maison des Pans, (orthographe différente), sis au n°8 de l’avenue Pictet-de-Rochemont, et édifié dans le même temps que celui du n°7, situé en face. Avec ce jeu de mots sur le “pan”, cet édifice, exprime une architecture éclectique. Pan, ce dieu facétieux de l’Antiquité, fut mis en opposition au paon, ce bel oiseau très souvent représenté par les créateurs de l’Art Nouveau.

 

 

Là, la signature de Fasanino est visible, précédée d’un étonnant “D », pour le prénom. Mais, hormis un clocheton en tuiles vernissées, aux couleurs moins éclatantes, et une décoration métallique figurant au sommet des toitures, rappelant la Maison des Paons, ce bâtiment demeure plus classique, même si s'imposent deux importantes têtes de Pans qui soulignent la naissance d’un arc, à l’angle de la rue du Jeu-de-l’Arc.

 

Cette magnifique Maison des Paons est un édifice protégé depuis 1986. On regettera que les flèches des deux tours, ainsi que les précédentes et exceptionnelles vitrines des commerces du rez-de-chaussée, ont été malheureusement détruits lors d’une première “restauration”, en 1973. A l'opposé, la seconde restauration, menée en 1989-1990, respecta beaucoup plus l'essence même de l’esprit de cet édifice rare qui souffre aujourd'hui de la « corrosion des ans » et de l'agression des pollutions diverses.

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations... 

Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

 Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

 

 

12/04/2013

Les Signatures Stars Ventes Mai 2013

New York, pouls du marché de l'art occidental où se jouent 95 % du marché américain, prépare ses grandes ventes de mai 2013 à grand renfort médiatique. Et pour cause : le challenge à relever est considérable pour Christie's et Sotheby's en regard d'une cuvée exceptionnelle en mai 2012. 
Souvenez-vous : c'est lors de ces mêmes vacations l'an dernier que Sotheby's annonçait à grand fracas le nouveau record d'enchère jamais enregistré, avec 107 m$ décrochés par 
Le Cri d'Edvard MUNCH (2 mai 2012, Sotheby's).

Le Cri promet de rester le sommet mondial encore quelques mois, car les chefs-d'œuvre annoncés au compte-goutte par les deux mastodontes du marché de l'art ne laissent pas présager une quelconque destitution de Munch.

Sotheby's annonce deux pièces maîtresses : 

Les Pommes de Paul CÉZANNE jugées assez appétissantes pour espérer décrocher 25 à 35 m$ (ce qui inclurait l'oeuvre dans le Top 3 des résultats de Cézanne), et un étonnant portrait de L'Amazone d'Amedeo MODIGLIANI.

Cette dernière est une œuvre précoce de 1909 brossant le portrait de la baronne Marguerite de Hasse de Villers, aux couleurs austères. Son principal atout est son style, annonciateur des dix années de création à venir.

 

modigliani, expressionnisme


Le lendemain (8 mai 2013), Christie's met l'accent sur un autre portrait, aux couleurs fauves cette fois, et peint en 1905 par André DERAIN. Intitulée Madame Matisse au kimono, et estimée entre 15 m$ et 20 m$, l'œuvre est assez belle et assez rare pour battre, en un seul coup de marteau, l'actuel record de l'artiste (Arbre à Collioure, 14,5 m£, soit 21,5 m$, 22 juin 2010, Sotheby's Londres), de même que son dernier chiffre d'affaires annuel (11,3 m$ de résultats en 2012). Jamais encore une œuvre si importante, si « fauve » et si « matissienne » de Derain n'a été offerte et, son estimation basse devrait être atteinte sans peine.

 

derain, matisse, fauvisme, peinture fauve


Les ventes contemporaines seront ensuite surveillées de près, car Christie's et Sotheby's ont explosé les compteurs en mai 2012, vendant pour 578,3 m$ d'œuvres d'après-guerre et contemporaines en 102 coups de marteau.

Christie's vendait notamment Orange, Red and Yellow (1961) de Mark ROTHKO au prix record de 77,5 m$, un sommet qui a permis à l'opérateur de décrocher son meilleur résultat pour une vente d'art d'après-guerre et contemporain (343,29 m$ de chiffre d'affaires hors frais en 56 coups de marteau et seulement trois invendus).

Si aucun Rothko si prestigieux n'est attendu cette fois, les collectionneurs de haut vol se disputeront un autre grand artiste américain : Jackson POLLOCK, dont la cote a explosé ces dernières années. Il déclassait d'ailleurs, en novembre 2012, son précédent record d'enchère à hauteur de 15 m$ (la toile Number 4, 76,5 cm x 63,5 cm, trouvait preneur pour 36 m$).

Ce n'est pas un dripping qui est attendu pour cette session, mais une œuvre charnière de 1946, réalisée quelques mois avant les premiers drippings : conservée dans la même collection depuis 50 ans, cette œuvre précoce de belles dimensions (213,4 cm x 142,1 cm), intitulée The Blue Unconscious, sera livrée aux enchères le 14 mai par Sotheby’s, dans une fourchette d'estimation de 20 m$ à 30 m$.

 

pollock, jackson pollock, dripping


Un mois avant ces grandes vacations de mai, l'Art Market Confidence Index d'Artprice culmine à plus de 34 points, bien au-delà du niveau de l'an dernier ! Les œuvres proposées en mai 2013 sont certes moins aptes à nourrir la spirale des records de 2012, mais elles sont néanmoins attendues dans un climat plus optimiste et une vraie volonté d'achat, dont témoignent les collectionneurs et les investisseurs occidentaux. 

Source Artprice

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

 

 

 

 

13:21 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |