25/01/2013

LE GRAND DESORDRE du Marché de l'Art

Quand on constate aujourd'hui les amplitudes financières réalisées par la vente de certaines « œuvres d'art », on ne peut malheureusement que s'étonner de cette « folie pécunière » qui prévaut à l'échelle mondiale.

En effet, comment expliquer qu'un tableau de l'artiste américain Mark Rotko (1903-1970), voir l'illustration ci-dessous, dont la réalisation technique reste sujette à caution (la majorité des tableaux de Rotko sont aujourd'hui dans un très mauvais état de conservation), et qui n'a certainement pas nécessité un temps de travail exceptionnel dans sa réalisation, ait atteint le 8 mai 2012 à New York, un prix de vente de 77 500 000 dollars. 

oeuvres d'art,tableaux,peintures,objets d'art,meubles d'époque,tableaux de maîtres,ventes aux enchères

Et même si ce tableau représente un grand format, puisqu'il affiche une hauteur de 236,2 cm et une largeur de 206,4 cm, ce qui implique une surface de 4,87 m2, reconnaissons que le ratio au m2, à savoir 15 914 000 dollars, peut donner à penser au plus grand nombre.

Si l'on se fait l'avocat du diable, imaginons que cette composition  épurée, pour ne pas dire « ultra minimaliste », aura demandé une journée de travail de 8 heures. Le ratio horaire indique alors 9 687 500 dollars de l'heure !

Sans vouloir désacraliser l'art, il faut quand même avouer que tous ces chiffres d'une altitude vertigineuse ont de quoi « donner le tourni » à beaucoup, et notamment à tous ces artistes sincères, en devenir, et laissés pour compte par l'Establishment qui entretient dans la Finance comme dans le Milieu de l'Art, le malaise financier nauséabond actuel.

Pour établir un parallèle expressif, comparons ce tableau avec la paire de cabinets réalisée par le grand ébéniste André-Charles Boulle durant le règne de Louis XIV (voir l'illustration ci-dessous), et qui s'est vendue à Drouot Paris le 26 septembre dernier pour la somme de 2 857 800 €.

oeuvres d'art,tableaux,peintures,objets d'art,meubles d'époque,tableaux de maîtres,ventes aux enchères

D'aucuns pourraient dire que le prix de vente de ces deux meubles représente une belle somme d'argent, ce qui est vrai. Mais admettons, au regard de la qualité de réalisation de ces meubles exceptionnels, le temps passé par cet ébéniste, pour parvenir à un tel résultat. Plusieurs mois ont été nécessaires pour mettre les différentes essences de bois en préparation, et réaliser les infinies et minutieuses marqueteries, et autres bronzes dorés.

Le tout, dans une époque où l'électricité n'existait pas, ce qui implique que tous les gestes de travail ont été réalisés à la main, sans aucune machine électrique des temps modernes.

Le phénomène de « mode artistique » actuel s'illustre par le bureau « H » illustré ci-dessous, réalisé par l'artiste-designer Jean Prouvé (1901-1984), en taule pliée laquée noire, caisson métallique et plateau en chêne plaqué, vendu le 3 décembre dernier à Drouot Paris pour la somme de 446 112€.

 

oeuvres d'art,tableaux,peintures,objets d'art,meubles d'époque,tableaux de maîtres,ventes aux enchères

Abusus non tollit usum (l'abus n'enlève pas l'usage) !

La démarcation entre l'abus et l'usage ne peut plus être quantifiée du fait de tous ces excès financiers qui régissent notre monde. Dans sa grande souffrance existentialiste l'homme affiche de plus en plus des comportements irrationnels qui peuvent traduirent toutes ses particularités, son manque de confiance en lui, sa soif de reconnaissance, ou les délires de son paraître et de son image qui induisent les extravagances auxquelles nous assistons.

Dans sa retraite éternelle, que doit penser Van Gogh en voyant fonctionner ce monde actuel à la recherche de gloires éphémères ou de fortunes diverses, lui qui sa courte vie durant, souffra de la misère la plus sombre, ignorant toujours une quelconque recherche mercantile à retirer de son talent, un talent qu'il avait mis au service de son amour pour la peinture. Et bien d'autres...

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : 

 www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

19/01/2013

Quelle valeur ajoutée aux matières premières utilisées par les artistes ?

La sculpture en 2012 


Dans la cour des plus belles adjudications, la sculpture est moins représentée que la peinture, catégorie reine, ou que le dessin de plus en plus coté grâce à la montée en puissance des artistes chinois. En revanche, la sculpture est également capable de frapper fort comme l'a prouvé Sotheby's en 2010 en cédant pour 92,5 m$ L'homme qui marche I d'Alberto GIACOMETTI (Londres, le 3 février). En 2009 déjà, le marché de la sculpture enregistrait un nouveau record mondial avec les 33,3 m$ de Madame L.R. de Constantin BRANCUSI(Christie's Paris, le 23 février).

Outre la vente exceptionnelle de L'homme qui marche, l'année 2010 marque une ascension record des prix pour l'acquisition d'une sculpture en salle en accueillant deux autres résultats surpassant le seuil des 30 m$ : Grande tête mincede Giacometti (47,5 m$, Christie's New-York, le 4 mai) et Tête d'Amedeo MODIGLIANI (Christie's Paris, le 16 juin). Néanmoins, en 2011, aucune sculpture n'a à nouveau dépassé ce seuil. La plus belle enchère s'est contentée des 15,4 m$ enregistrés pour Trois hommes qui marchent II d'Alberto Giacometti (Sotheby's Londres, le 22 juin) suivie de près par les 15 m$ de Pink Panther de Jeff KOONS(Sotheby's New York, le 10mai).


Quels sont les plus beaux résultats enregistrés en salles ces derniers mois ? 
Si la place de marché New-yorkaise est largement en tête avec sept résultats contre trois pour Londres, c'est la maison de vente Christie's qui domine largement le palmarès en signant à elle seule neuf des dix adjudications. Quant aux artistes, quatre des six présents dans ce top sont des modernes mais c'est un contemporain, Jeff Koons, qui est à l'origine de la première place du classement. La pluie de records signée en 2012 n'a pas épargné le marché de la sculpture puisque quatre des six artistes : Jeff Koons, 
Henry MOOREAlexander CALDER et Donald JUDD, doivent leur présence grâce à de nouveaux records en salles.

Les dix plus belles enchères frappées pour des sculptures en 2012

 

Rang

Artiste

Adjudication

Oeuvre

Vente

1

Jeff KOONS

30000000$

Tulips (1995-2004)

14/11/2012 (Christie's NEW YORK NY)

2

Henry MOORE

26841300$

Reclining Figure : Festival (1951)

07/02/2012 (Christie's LONDON)

3

Alexander CALDER

16500000$

Lily of Force (1945)

08/05/2012 (Christie's NEW YORK NY)

4

Constantin BRANCUSI

11250000$

Prométhée (1911)

02/05/2012 (Sotheby's NEW YORK NY)

5

Constantin BRANCUSI

11000000$

Une muse (1912)

07/11/2012 (Christie's NEW YORK NY)

6

Alberto GIACOMETTI

10000000$

La Jambe (1947)

07/11/2012 (Christie's NEW YORK NY)

7

Alexander CALDER

9200000$

Snow Flurry (c.1948)

08/05/2012 (Christie's NEW YORK NY)

8

Donald JUDD

9000000$

Untitled, 1989 (Bernstein 89-24) (1989)

14/11/2012 (Christie's NEW YORK NY)

9

Alexander CALDER

8564050$

Rouge triomphant (Triumphant Red)

27/06/2012 (Christie's LONDON)

10

Henry MOORE

7105050$

Working Model for Three Piece No. 3 : Vertebrae (1968)

07/02/2012 (Christie's LONDON)



La première marche du podium accueille Jeff Koons et sa monumentale Tulips (les six tulipes qui la composent mesurent plus de 5 mètres de haut !) adjugée 30 m$ chez Christie's New York le 14 novembre 2012. En enregistrant un tel résultat, Christie's rafraichit le record de l'artiste qui n'avait pas été révisé depuis son année la plus faste, 2008, et les 23 m$ de Balloon Flower (Magenta) (Londres, le 30 juin 2008). L'année 2008, correspond au pic de son chiffre d'affaires qui avoisine alors les 60 m€ tandis qu'entre 2009 et 2011 il reste dans la fourchette des 20-27 m€. Sa première enchère millionnaire remonte à 1999 où la sculpture en porcelaine Pink Panther avait trouvé preneur pour 1,65 m$ (Christie's New York, le 16 novembre). Depuis l'artiste cumule 79 résultats millionnaires. Malgré une récente rétrospective à la Fondation Beyeler (de mai à novembre 2012) en demi-teinte, la culture du kitsch de Jeff Koons qui fait sensation depuis les années 80 est toujours appréciée par les collectionneurs du monde entier. 

koons, jeff koons

Koons

Ce sont surtout ses sculptures en acier chromé inoxydable rehaussées de vernis coloré transparent que l'on s'arrache en salles. D'une grande virtuosité technique, leurs formes sont proches de celles des sculptures en ballons de notre enfance. A partir de 1995, Jeff Koons utilise dans nombre de ses plus fameuses sculptures ce principe technique et visuel à l'exemple de Balloon Dog, une des œuvres les plus emblématiques de l'artiste et de l'art contemporain dont seuls quelques multiples sont à ce jour passés à l'encan.

A la deuxième place de ce classement, Reclining Figure : Festival signe le nouveau record de vente pour une oeuvre d'Henry Moore (Christie's Londres, le 7 février). Ce bronze emblématique de l'artiste et de l'histoire de la sculpture a réalisé une belle performance en atteignant 20,5 m$ dépassant de 13 m$, près de trois fois, son ancien record (Three-piece reclining Figure: draped, adjugé 8,5 m$ chez Sotheby's New York, le 4 novembre 2004). Une seconde sculpture, Working Model for Three Piece No. 3 : Vertebrae, et ses 7,1 m$ flirtant avec son ancien record lui donne également accès à la 10ème place de ce top. Le cumul des douze résultats millionnaires réalisés ces derniers mois avoisinant les 65 m$ permet dès à présent d'affirmer qu'en 2012, le produit des ventes d'Henri Moore signe une année record dépassant largement son meilleur chiffre d'affaires réalisé en 2008 avec près de 32 m$!

 

moore, henry moore

Moore

Les records établis en 2012 n'ont pas lésé Alexander Calder qui enregistre quatre nouveaux records de vente. Trois d'entre eux imposent sa présence dans ce top à la 3ème, 7ème et 9ème place ! C'est désormais un mobile de 170 centimètres de haut, Model for Rosenhof, et ses 2,8 m$, qui trône à la première place des meilleurs résultats frappés pour une œuvre de l'artiste. Ces derniers mois toujours, les mobiles d'Alexander Calder sont à l'origine d'un autre exploit, celui d'avoir déjà enregistré 35 enchères millionnaires cumulant à elles seules plus de 109 m$, un chiffre d'affaires record pour l'artiste !

 

calder, alexander calder

Calder

Premier artiste de ce classement à ne pas rafraichir son record, Constantin Brancusi s'impose à la 4ème et 5ème place grâce aux 11,2 m$ du bronze doré Prométhée (Sotheby's New York, le 2 mai) ainsi qu'aux 11 m$ du plâtre Une muse (Christie's New York, le 7 novembre). Présent au palmarès des enchères millionnaires depuis la vente en 1989 du marbre La Muse endormie III pour près de 7 m$ (Christie's New York, le 14 novembre), le marché de Brancusi est marqué par la rareté des sculptures disponibles sur le second marché. En effet, seules 49 sculptures sont passées en vente depuis 1989 incluant une dizaine d'œuvres emblématiques qui lorsqu'elles ont trouvé preneur l'ont été au delà de 600 000 $. 

brancusi-mlle-pohagany.jpg

Brancusi

Un top sculpture ne saurait s'envisager sans le teneur en titre de la plus belle enchère dans cette catégorie: Alberto Giacometti présent à la 6ème place grâce aux 10 m$ de La Jambe (Christie's New York, le 7 novembre). Néanmoins en terme de record, l'année 2012 ne restera pas dans les annales comme pour la majorité des artistes de ce classement. En effet La Jambe, est seulement sa 16ème plus belle enchère! 

giacometti.jpg

Giacometti

La 8ème place de ce classement concerne la présence plus inhabituelle d'un des principaux représentants du minimalisme, l'américain Donald Judd. C'est un nouveau record de vente à 9 m$ pour la sculpture murale Untitled, 1989 (Bernstein 89-24) qui lui ouvre les portes de ce top. Frappé lors des ventes automnales new-yorkaises (Christie's, le 14 novembre), ce record est aussi révélateur d'un engouement retrouvé pour le mouvement minimaliste. Représenté depuis 1965 par les mastodontes de la profession (les galeries Léo Castelli, Paula Cooper, puis Pace Wildenstein) la côte de Donald Judd explose en 2002 soit huit ans après sa mort. Cette année là quatre sculptures s'échangent au delà de 1,2 m$, une œuvre sans titre atteint même 4,2 m$ (Untitled, chez Chrisite's New York, le 14 mai 2002) et restera son record jusqu'en 2007. Entre 2002 et 2012 quelques 39 résultats millionnaires ont été frappés, majoritairement pour ses sculptures murales. 

koons,moore,calder,brancusi,giacometti,artprice,ventes aux enchères art

Judd

Comparée à 2011 la sculpture a, ces derniers mois, connu une augmentation de ses plus beaux résultats en frappant à 3 reprises au dessus de 15,4 m$ (montant de la plus belle vente de 2011). Imposantes, certaines œuvres à l'image des Tulips de Koons et de leurs 15 mètres de haut n'effraient pas pour autant les acquéreurs. Quant la signature est là tout est permis et ce n'est pas 2012 et son avalanche de records pour les valeurs sûres qui le contredira. 

Source Artprice

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

11:04 Écrit par L'Art Pluriel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : koons, moore, calder, brancusi, giacometti, artprice, ventes aux enchères art |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

04/01/2013

"L'ART" de consumer et consommer la Crise Internationale

Miami et sa foire annuelle

Comme tous les ans pour tout amateur d'art qui se respecte, le début du mois de décembre a rimé avec Art Basel Miami Beach ! Avec sa constellation de foires satellites (environ dix-sept cette année !) et le soleil et la mer en prime, c'est LE moment incontournable de l'année, après les automnales Frieze Londres et Fiac Paris, et avant Art Stage Singapour et l'Armory Show de New York.

Certains affirment que son côté trop festif, mélange de jet-set, dance-floor et transats, serait boudé par les vrais amateurs d'art. Pourtant Miami réunit incontestablement tous les ingrédients d'une foire incontournable et a attiré cette année encore quelque 50 000 visiteurs. Petit tour d'horizon de cette onzième édition où quelque 267 galeries internationales de 31 pays différents ont dicté les tendances de cette fin d'année.

En dehors des mastodontes habituels  Jeff KOONSGerhard RICHTERAnish KAPOOR et autres Richard PRINCE, les galeristes ont également misé sur des signatures en pleine ascension.

 
Chez Gavin Brown, 
Alex KATZ (1927) était entouré de l'Anglais Martin CREED et de l'Américain Jonathan HOROWITZ qui ont tous deux signé de nouveaux records en salle en 2012 : le premier avec l'adjudication pour 130 000 $ de l'installation Work No. 204: Half the air in a given space (Christie's New York, le 7 mars 2012) et le second avec celle de Coke/Pepsi (230 Cans) (Sotheby's Londres, le 13 octobre 2012).


Avec un nouveau record à 400 000 $ pour 
Death Comes to Us All frappé en mai 2012 chez Phillips de Pury & Company New York, on aurait mal imaginé le stand de la galerie new-yorkaise Petzel sans une œuvre de Dana SCHUTZ. Maîtrisant parfaitement des compositions cubistes proches de celles du grand Picasso, l'artiste a trouvé la parade en y associant savamment une multitude de couleurs fluo. Décidément abonnée aux records fraîchement enregistrés, la galerie Petzel présentait également Seth PRICE qui s'est fait remarquer en salles en triplant l'estimation haute d'une œuvre sans titre adjugée 130 000 $ (Untitled, Sotheby's New York, le 10 mai 2012). 


L'Américaine 
Pae WHITE, reconnue pour ses créations poétiques jouant sur les frontières poreuses entre art et design, a fait sensation avec une tapisserie monumentale constituée de bric et de broc chez Neugerriem Schneider. Encore peu présente en salles avec seulement treize résultats enregistrés en six ans, ses œuvres étaient également exposées chez Kaufmann Repetto. Ce sont ses mobiles qui signent ses plus belles ventes à l'image de son record pour l'oeuvre Fish to snake...a dirty joke (you don't need to know) cédée 15 000 $ en novembre 2006 chez Phillips de Pury & Company New York.


Toujours plus au sud

Miami, du fait de sa géographie, est une place de choix. Elle est parfaitement bien située entre les États-Unis et l'Amérique du Sud, entre les fervents collectionneurs américains et le marché latino-américain en plein essor. Grand nombre de collectionneurs du Brésil, d'Argentine, du Mexique, du Chili ou du Vénézuela ont une résidence secondaire à Miami et contribuent à une part non négligeable du volume des transactions de la foire. A l'écrasante présence de quatorze galeries brésiliennes (A Gentil Carioca, Luciana Brito, Casa Triângulo, Fortes Vilaça, Leme...) s'ajoutaient deux Colombiennes (Casas Riegner et La Central), quatre Mexicaines (Kurimanzutto, Labor, Proyetos Monclova et OMR), trois Argentines (Ruth Benzacar, Ignacio Liprandi et Jorge Mara), l'Uruguayenne Galería Sur et une nouvelle arrivante, la Péruvienne Revolver.


Du côté des artistes, la galerie Acquavella proposait des toiles d'un Argentin qui a le vent en poupe : 
Enoc PEREZ. Très présent en salles en 2012, Enoc Perez a enregistré six de ses sept plus belles enchères, dont l'adjudication à 310 000 $ de Havana Riviera Hotel, La Havana, Cuba (Sotheby's New-York, le 10 mai). Le stand d'Hauser & Wirth proposait quant à lui une confrontation très réussie entre les toiles de l'Argentin Guillermo David KUITCA et les sculptures de l'Américain Roni HORN. Guillermo David Kuitca a d'ailleurs signé sa plus belle enchère en 2012 grâce aux 250 000 $ cédés pour l'œuvre Heaven (Sotheby's New York, le 10 mai).


Toujours plus de modernes

Reconnue pour son amour pour les jeunes talents, cette année Art Basel Miami Beach n'a pas été immunisée contre le virus de l'art moderne avec une nouvelle sélection de galeries modernes, ajoutée à un programme misant sur les liens inter-générationnels. Rappelons qu'en octobre dernier la Frieze donnait le ton : désirant miser sur l'importance des signatures modernes, elle inaugurait une seconde foire, la Frieze Masters. Si cet accent sur les valeurs sûres entraîne parfois des propositions trop sages et consensuelles, c'est pour le visiteur une occasion sans pareil de découvrir des chef-d'œuvres inconnus du public. Ainsi, Art Basel Miami Beach comptait cette année une présence plus marquée d'œuvres modernes. Parmi elles, Les deux femmes à l’oiseau de Fernand LÉGER à la Galerie Thomas ce serait rapidement envolée à plus d'un million de dollars. Mark ROTHKO, qui a récemment permis à la maison de vente Christie's de signer une enchère record pour 77,5 m$ avec Orange,Red, Yellow (New York, le 8 mai 2012), imposait sa présence avec une immense toile chez Helly Nahmad Gallery. La Pace Gallery proposait un petit mobile d'Alexander CALDER datant de 1947. La galerie Tornabuoni consacrait, elle, la totalité de son stand aux œuvres de Lucio FONTANA.

Si la prudence semblait encore une fois de mise, il semble que les ventes n'aient pas connu d'essoufflement lors de cette onzième édition. Avec sa position géographique stratégique, et une effervescence sans pareil, Miami a confirmé encore en 2012 qu'elle occupe une place de choix dans les grands rendez-vous internationaux. 

Source Artprice

 Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...                                             

weekend_013.gif

Meilleurs Voeux à vous tous pour 2013...  

Santé-Bonheur et Prospérité  !

 

Pour plus d'informations, visitez mon site : www.lartpourtous.net

 

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 

ALAIN VERMONT

16:15 Écrit par L'Art Pluriel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |