25/09/2012

Le Street Art ou la fièvre de la création-imagination

Artistes Street Art de moins de 40 ans [août 12]

Le mouvement Street art est né dans les rues de New York au début des années 70. Il devient rapidement un phénomène mondial et explose au début des années 80 grâce au talent du jeune Jean-Michel BASQUIAT. C'est alors sous le pseudo de SAMO (same old shit) qu'il inonde de ses tags les rues de New York. Puis, quelques artistes vont l'importer à l'exemple du jeune Franco-américain BANDO pour la France. Le mouvement est lancé, colossal, il ne cesse de s'amplifier. Des générations d'artistes s'enchaînent laissant chacune leurs traces, leur histoire dans les rues, jusqu'à rejoindre les cimaises des musées et galeries.

En dehors du présupposé intérêt financier entraînant le Street art à sortir de la rue, il y a aussi la réalité que certains, las de voir leurs tags détruits et leurs œuvres vandalisées, aient eu envie de passer à des supports durables. Pour certains de ces véritables artistes, les murs blancs d'une galerie ou d'un musée sont aussi tout simplement une étape logique. Ainsi, plus de 40 ans après sa naissance à New York, le Street art a plus que largement franchi les portes des musées, des galeries et des salles de ventes où de nombreux records ont été frappés.


Face à cette scène d'une extraordinaire vitalité où en est la relève ? Quelles enchères ont marqué ces 12 derniers mois ?

Top 10 : Street Art, les plus belles enchères des artistes de moins de 40 ans

Rang

Artiste

Adjudication

Oeuvre

Vente

1

BANKSY

345730$

Fetish Lady (2006)

15/02/2012 (Christie's LONDON)

2

BANKSY

217994$

Girl and Balloon ()

27/06/2012 (Sotheby's LONDON)

3

BANKSY

212382$

Bronze Rat (2006)

14/10/2011 (Sotheby's LONDON)

4

BANKSY

189948$

Bird and Grenade (2002)

14/09/2011 (Christie's LONDON)

5

KAWS

155000$

"KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST" (2011)

09/11/2011 (Christie's NY)

6

BANKSY

135719$

Painting for a Sound System Lorry (1998)

28/03/2012 (Christie's LONDON)

7

BANKSY

125640$

Monkey Detonator (2000)

21/09/2011 (Bonhams LONDON)

8

BANKSY

125856$

Bullet Proof David (2006)

14/10/2011 (Sotheby's LONDON)

9

BANKSY

114631$

Love is in the Air (2002)

29/03/2012 (Bonhams LONDON)

10

BANKSY

109914$

Bronze Rat (2006)

16/02/2012 (Sotheby's LONDON)



Le résultat du Top 10 des meilleures adjudications pour un artiste de moins de 40 ans évoque sans embarras l'écrasante domination de BANKSY. Il mène la danse et impose une entrée dans le Top grâce à un prix au marteau dépassant les 100 000 $. Seul rescapé de ces résultats haut perchés, KAWS réussit à se faufiler à la 5ème place grâce à son nouveau record de vente.

Icône de la jeune génération Street art, Banksy est aussi l'artiste de moins de 40 ans le mieux vendu dans son pays et dans le monde. Artiste anonyme dont on ne connaît ni le visage ni le nom, il serait né à Bristol en Grande-Bretagne en 1974. En 10 ans, il a inondé de ses interventions urbaines (pochoirs, tags ou autres aphorismes) les murs de Paris, Dakar, Londres, New-York, Bombay... en bref du monde entier ! En bon agitateur social, il a en 2004, par exemple, imprimé une large quantité de faux billets de 10 £ à l'effigie de la princesse Diana à la place de la traditionnelle reine d'Angleterre et transformé la mention « Bank of England » en « Banksy of England ». Artiste facétieux, il prône une vision déformante intéressante pour le monde de l'art. Dans son récent film Exit through the Gift Shop (Faites le mur), on suit le parcours d'un certain MR BRAINWASH qui explose dans le cercle de l'art contemporain en détournant les recettes du Street Art et du Pop Art ! Ses infractions urbaines entre poésie et humour corrosif ont su rapidement se faire une place de choix dans le monde de l'art. Banksy entre en salles des ventes en 2005 : Bonhams et Sotheby's vendent alors 4 œuvres dont la toile Mother and Childqui double son estimation haute en partant pour 6 000 £ (près de 10 000 $, Sotheby's Londres, le 25 octobre 2005). Le phénomène Banksy est en route, porté à la fois par un extraordinaire engouement populaire et médiatique, notamment après ses pochoirs sur le mur des territoires occupés à Ramallah (2005).

 

street art,bansky,kaws, basquiat, bando

JO de Londres - 670cm x 530 cm

Des collectionneurs-stars achètent, à l'instar de Christina Aguilera, Angelina Jolie et Brad Pitt, enflammant sa cote en 2006, puis Sotheby's l'intègre pour la première fois à une vente new-yorkaise en février 2008. Le marché de l'art contemporain est à l'époque au plus fort et l'œuvre présentée, Keep it spotless, dépasse le million (1,7 m$ soit 1,16 m€). En 2012, son marché ne s'est toujours pas endormi. Pour preuve il emporte 9 places de ce classement grâce à des résultats compris entre les 109 000 $ de Bronze Rat (Sotheby's Londres, le 16 février 2012) et les près de 346 000 $ de Fetish Lady (15 février 2012, Christie's Londres). Au Jeux Olympiques de l'art, Banksy est de loin médaille d'or !

De son vrai nom Brian Donelly, Kaws est né à New York en 1974. Sa collaboration avec les Studios Disney est déterminante dans la construction de son style qui, entre précision du trait et couleurs en aplats, rappelle sans équivoque le monde du dessin animé. De nombreux éléments symboliques du célèbre studio d'animation se retrouvent dans ses œuvres à l'image du corps de Mickey ou encore des mains/gants blanches typiques de l'imagerie Disney ! Avec des moyens de production à grande échelle, Kaws décline t-shirts, sérigraphies et œuvres originales entre Art Toys et Pop Art de son bestiaire rempli de personnages récurrents : Chum, Accomplice, Companion, Bendy, Companion 5 Years Later, OF Dissected 5YL, JPP. Celui que certains appellent le Murakami américain ne pouvait trouver meilleure galerie que celle de Perrotin pour le défendre. Et en 2012, la galerie compte bien continuer à surfer sur le succès de l'artiste. Après une présentation très médiatisée à Hong Kong lors de l'ouverture du nouvel espace de la galerie, Perrotin enchaînera avec une exposition à Paris en novembre prochain.

 

street art,bansky,kaws,basquiat,bando

Bob l'Eponge

L'invasion est lancée, l'artiste devrait faire parler de lui ces prochains mois. Kaws entre en salles en 2008, année de sa première exposition chez Perrotin, et signe déjà 13 adjudications. Jusqu'en 2009, il ne dépasse que rarement les 3 000 $, sa plus belle enchère récompensant une estampe est tout de même frappée à 10 000 $ (Running Chum, Phillips de Pury & Company, Londres, le 25 avril 2009). En 2010, il franchit le seuil des 10 000 $ grâce à Thirteen Works: Untitled adjugé 15 600 $ le 13 février (Phillips de Pury & Company). Avec des résultats jusque-là en dents de scie, il fait une entrée fracassante dans ce Top grâce à la vente pour 155 000 $ de l'acrylique sur toile KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST (le 9 novembre 2011, Christie's Londres). Hybridation entre une fleur de Murakami et la tête de Bob l'éponge, KAWSBOB ENTERS THE STRANGE FOREST est de loin le record de l'artiste en dépassant presque de 10 fois le précédent, frappé à plus de 17 000 $ en octobre 2010 (Phillips de Pury & Company, Londres). Néanmoins, ce résultat reste pour le moment un cas isolé. Les enchères à venir nous en diront plus sur une possible envolée de sa cote.

Loin de s'essouffler, la Banksy mania laisse encore peu de place aux autres artistes. Il faudra viser haut et juste, entre projets médiatiques et discours percutants pour pouvoir détrôner l'anonyme le plus célèbre du monde. Loin des assertions pertinentes et de l'humour corrosif de Banksy, Kaws peut néanmoins compter sur le soutien d'un mastodonte tel que Perrotin pour enflammer ses enchères. Un peu plus loin dans les classements, les récents beaux résultats des Brésiliens OS GEMEOS, de l'Américain José PARLA, du Français Antoine GAMARD ou encore des Anglais CYCLOPS et SWOON sont à suivre de près ! Mais n'oublions pas les plus jeunes tels que NUNCA (1983) ou VHILS (1987) qui débutent en salles... 

Source ARTPRICE 

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir la suite, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

 ALAIN VERMONT

18:00 Écrit par L'Art Pluriel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : street art, bansky, kaws, basquiat, bando |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

21/09/2012

Quand le Monde de l'Art se gausse des Marchés Financiers....

La vente du tableau Le Cri, d' Edvard Munch, en mai dernier (120 millions de dollars frais compris-92 millions d'euros-112 millions de FS), prouve une fois encore que le Marché de l'Art, marché ô combien peu attentif aux  dérives incessantes du Monde Financier, demeure toujours une nébuleuse invisible à l'oeil nu, mais faut-il s'en étonner dès lors que les acheteurs au prix fort de ces œuvres d'art réputées exceptionnelles, sont le plus souvent ceux-là mêmes qui  officient  dans la sphère financière, avec les conséquences que l'on sait aujourd'hui...

Le Cri.jpg

Concernant ce tableau de 0,47 M2 de surface, il est aisé de comprendre pourquoi cette si petite surface dessinée, et vendue aussi cher, donne le vertige à nombre d'observateurs, et provoque ici et là la vindicte des « masses laborieuses ».

En effet, le ratio au centimètre carré de ce pastel est tout simplement stupéfiant ! Car projeté dans le marché immobilier de Genève par exemple, ce ratio voudrait dire qu'un appartement de 100 mètres carrés, le plus luxueux soit-il, coûterait la modique somme de 25 531 914 893 de dollars !

Les cimes financières absconses qui agitent le Marché de l'Art depuis déjà de nombreuses années induisent des questions sans réelles réponses, car seules des supputations, parfois fantaisistes, tentent d'expliquer l'inexplicable à vrai dire.

Selon le Wall Street Journal, l'acquéreur de l'œuvre de Munch, la plus chère jamais vendue aux enchères, serait l'homme d'affaires américain Leon Black.

Le mystérieux acquéreur du Cri, du peintre norvégien Edvard Munch, adjugé près de 120 millions de dollars par Sotheby's, à New York, en mai dernier, serait le milliardaire américain Leon Black, croit savoir le Wall Street Journal, qui lui consacre un long article dans son édition de mercredi, citant «plusieurs personnes proches».

 

Leon Black, 60 ans, est le fondateur et membre principal du fonds d'investissement américain Apollo Management. Sa fortune personnelle, estimée à 3,4 milliards de dollars, le classe au 330e rang de la liste des personnalités les plus riches, selon le magazine Forbes . Habitant un vaste appartement sur Central Park, Leon Black appartient au conseil d'administration du Metropolitan Museum et du Musée d'Art Moderne de New York. C'est un collectionneur réputé, grand amateur d'art chinois mais aussi de tableaux modernes du début du siècle dernier.

 

«Sa collection, d'une valeur de 750 millions de dollars, comprend des dessins de Van Gogh et de Raphaël, des aquarelles de Turner, des peintures cubistes de Pablo Picasso et des bronzes de Chine», détaille le quotidien américain. Puis, comme si une acquisition en justifiait une autre, il ajoute: «Il y a trois ans, M. Black a déboursé 47,6 millions de dollars pour un fusain de Raphaël, Tête d'une muse, vendu chez Christie's». S'en suit l'histoire des origines de son goût pour l'art, qui lui vient de sa mère. Ses liens avec les artistes et ses principaux achats avec son épouse, Debra. Ses débuts de collectionneur aussi, à l'adolescence, tapissant son mur «d'œuvres de Daumier, Seurat, Cézanne, Van Gogh».

 

En recoupant des témoignages de marchands et d'amis, le Wall Street Journal voit en l'achat du Cri le cheminement d'un œil. L'hypothèse est plausible, de l'avis de connaisseurs. Mais la société Sotheby's n'infirme ni ne confirme: «Pour nous, c'est un acheteur anonyme». Chaque vente record s'accompagne de son lot d'acquéreurs potentiels. Il faut dire qu'à ce niveau-là de prix, ils ne sont guère nombreux.

Depuis cette soirée mémorable, où en douze petites minutes ce pastel sur carton de 1895, seule des quatre versions du Cri encore en mains privées, est devenu l'œuvre la plus chère jamais vendue sous le marteau, le monde de l'art fantasme.

Le silence est d'or

Quel acheteur est capable de mettre autant d'argent pour une «simple» œuvre de papier? En mai, dans la salle comble et électrisée se murmurait un nom, Paul Allen, cofondateur de Microsoft, 57e fortune mondiale en 2011 et habitué des enchères (nos éditions du 4 mai). Les médias s'étaient chargés de propager la rumeur, arguant que cette vacation avait été réalisée par l'intermédiaire de Charlie Moffett, un spécialiste de Sotheby's représentant surtout les acheteurs américains. Puis, d'autres noms avaient circulé: le financier américano-ukrainien Leonard Blavatnik, la famille royale du Qatar, qui a acheté les Joueurs de cartes de Cézanne à l'armateur grec Georges Embiricos en 2011, pour 250 millions de dollars…

Paul Allen s'est fendu d'un démenti dans la presse. C'est le seul. Dans ce monde discret, le silence est d'or. Pour l'heure, Leon Black n'a d'ailleurs pas réagi. Mais le Wall Street Journal, sûr de son fait, est déjà passé à la question suivante. «À présent, le nouveau sujet de conversation est de savoir si le tableau sera montré. Car on ignore si M. Black a l'intention de l'exposer.»

 

Suite....

Une version du célèbre tableau sera présentée au MoMA, à partir du 24 octobre.

L'une des quatre versions du Cri d'Edvard Munch sera exposée au Museum of Modern Art (MoMA) de New York, pour six mois, à partir du 24 octobre, a-t-on appris mardi, auprès du musée. L'œuvre a été prêtée par son acquéreur, dont l'identité demeure un mystère. Le nom du financier new-yorkais Leon Black a été évoqué, mais n'a jamais été confirmé.

Ce pastel, réalisé par le peintre norvégien en 1895, avait été acheté le 2 mai dernier lors d'une vente aux enchères spectaculaire chez Sotheby's, à New York. La vente n'avait duré que douze minutes, le prix augmentant de plusieurs millions de dollars par minute, pour finalement culminer à 119,9 millions de dollars. Estimé au départ à 80 millions de dollars, le tableau est ainsi devenu l'œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères.

La sécurité du MoMA renforcée

Des quatre versions du Cri, cette toile est la seule à avoir été entre les mains de collectionneurs privés. Avant d'être vendue chez Sotheby's, elle appartenait au milliardaire norvégien Peter Olsen. Les trois autres toiles sont toutes exposées en Norvège, au Musée d'Oslo, à la Galerie nationale d'Oslo et au Musée Munch.

Cette version prochainement exposée à New York est la plus colorée des quatre, présentant une figure humaine torturée sous un ciel jaune-orange éclatant. Une image universellement reconnue, comme un symbole de la peur et de l'angoisse.

Pour l'occasion, la sécurité du MoMA sera renforcée, des versions de l'œuvre ayant fait l'objet de vols en 1994 puis en 2004, en Norvège. LeCri sera exposé aux côtés de plusieurs autres dessins de Munch réalisés à la même période, a précisé le musée.

Source Le Figaro 19/09/2012

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

 

Pour découvrir la suite, visitez mon site : www.lartpourtous.net

Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

13:44 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : munch, edvard munch, le cri, ventes enchères tableaux |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

15/09/2012

Edward Hopper au Grand Palais - Cote Arthur Boyd

Rétrospective Edward Hopper au Grand Palais

 
Du 10 octobre au 28 janvier prochains, les peintures d'
Edward HOPPER seront exposées au Grand Palais (Paris). De ses peintures précoces aux oeuvres fascinantes de la maturité, 160 toiles retracent chronologiquement la carrière d'un artiste incontournable. Son Amérique fantasmée flotte entre romantisme et réalisme, inspirant au spectateur les interprétations les plus diverses.

 

hopper,grand palais,boyd

 

Ce sont d'ailleurs les Etats-Unis qui accueillent 96% de ses transactions (générant 99% de son chiffre d'affaires) depuis une quinzaine d'années. Avec seulement seize toiles passées à l'encan en plus de vingt ans, l'artiste offre des records qui donnent le vertige : Hotel Window (1955) s'arrache pour 24 m$ chez Sotheby's New-York le 29 novembre 2006, suivie par Chair Car (1965) adjugée à 12,5 m$ (Christie's New York, 11 mai 2005).

Ses toiles, plus souvent croisées dans les musées qu'en salles des ventes, déchaînent les passions lorsqu'elles changent d'heureux propriétaire. Les amateurs au porte-feuille moins garni pourront tout de même enrichir leur collection avec une estampe ou un dessin au crayon, puisque 30% des lots sont adjugés pour moins de 10 000 $.

hopper,grand palais,boyd



Nouveau record d'adjudication pour l'artiste australien Arthur Boyd

 
Lors de la vente organisée par Sotheby's à Melbourne le 14 août 2012, 
Arthur BOYD a enregistré un nouveau record d'adjudication. Bride Running Away, une de ses pièces maîtresses, a flirté avec le million et demi de dollars.


Né au cœur d'une véritable dynastie artistique, Arthur Boyd a appris à peindre dès sa plus tendre enfance. Il n'a donc pas eu besoin d'école d'art pour gagner la considération de ses pairs dès les années 70 .

 

hopper,grand palais,boyd


Ce sont ses séries Half-Caste Bride, Metamorphosis et Nebuchadnezzar qui le firent connaître. Très sombres, elles évoquent la difficulté de la condition humaine et soulèvent des questions sur les inégalités sociales. 
Les peintures de la fin des années 50 issues de sa série 
Half-Caste Bride sont rares sur le marché et prisées.

Elles sont donc de plus en plus chères : pour exemple, la toile Bride in the Moonlight, ravalée en août 2008, a été adjugée à plus de 273 500 $ en mars 2010 (Menzies Art Brands , Kensington) et a atteint 335 000 $ en juin dernier (Menzies Art Brands , Melbourne). Les pièces les plus recherchées, au style très caractéristique, ont été produites entre 1957 et 1960, à l'instar de Bride Running Away. Seules neuf d'entre elles sont apparues en salle des ventes depuis 1989 et elles sont rarement parties pour moins de 400 000 $.

 

hopper,grand palais,boyd

 


Cependant, à côté de ces enchères records, 90 % des pièces de l'artiste proposées en salles des ventes en 2011 enregistraient un résultat inférieur à 65 500$. Mais seules les œuvres de petites dimensions (entre 20 x 20 cm et 40 x 40 cm) ou de facture différente (huile sur carton, cuivre ou papier) sont adjugées sous le seuil des 30 000 $. Sa cote ne semble pas vouloir s'essouffler et elle a presque doublé depuis sa mort en 1999.

Source Artprice

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

 

Pour découvrir la suite, visitez mon site : www.lartpourtous.net

 Ce site possède un certificat de sécurité SSL.

ALAIN VERMONT

14:31 Écrit par L'Art Pluriel dans 2 -- COTATIONS Marché de l'ART | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hopper, grand palais, boyd |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

07/09/2012

Le Monde de l'Art ignore la Crise Financière...ironie ou provocation ?

Le Top 10 des adjudications 2012 [août 12]

Le vendredi, c'est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d'adjudications par thème. Cette semaine : les dix plus belles enchères depuis janvier 2012.

Durant la première partie de l'année 2012, le marché très haut de gamme a brillé de 44 enchères supérieures à 10 m$ dans le monde. Au Top de ce classement, Edvard MUNCH, artiste le plus cher du monde depuis l'adjudication à 107 m$ de l'une des versions du Cri, est hors concours. C'est d'ailleurs la seule adjudication de plus de 100 m$ jamais enregistrée dans l'histoire des enchères (lien vers l'AMI de Munch).



Seules les rumeurs sur des transactions privées de haut vol se prévalent de dépasser le sommet de Munch... Souvenez-vous : en 2011, l'une des cinq versions des Joueurs de cartes de Paul CÉZANNE aurait été acquise par la famille royale du Qatar pour la somme de 250 m€, quand l'artiste culmine « seulement » à 55 m€ en salles des ventes depuis plus de dix ans (Rideau, cruchon et compotier, Sotheby's New York, 10 mai 1999).


Ce classement des dix meilleures adjudications récompense six œuvres modernes (artistes nés entre 1860 et 1919), soit Edvard Munch,
Mark ROTHKOKeran LIFrancis BACON à deux reprises et Joan MIRO. Les deux pop artistes Roy LICHTENSTEIN et Andy WARHOLtiennent respectivement la 4ème place (ex aequo avec Francis Bacon à 40 m$) et la 5ème place, tandis que le Français Yves KLEIN fait un coup double avec deux enchères de plus de 32 m$ !



90 % des ses adjudications ont été enregistrées entre les mois de mai et juin et la vente la plus époustouflante fut celle orchestrée par Sotheby's New York le 9 mai, au cours de laquelle Andy Warhol et Roy Lichtentstein, les deux artistes d'après-guerre les plus cotés du marché, généraient, avec Francis Bacon, pas moins de 113 m$ en seulement trois coups de marteau !





Top 10 : adjudications 2012

 

Rang

Artiste

Adjudication

Oeuvre

Vente

1

Edvard MUNCH

107000000$

The scream (1895)

02/05/2012 (Sotheby's NEW YORK NY)

2

Mark ROTHKO

77500000$

Orange, Red, Yellow (1961)

08/05/2012 (Christie's NEW YORK NY)

3

Keran LI

40341000$

Mountains in red (1964)

03/06/2012 (Poly International Auction Co.,Ltd)

4

Francis BACON

40000000$

"Figure Writing Reflected In Mirror" (1976)

09/05/2012 (Sotheby's NEW YORK NY)

5

Roy LICHTENSTEIN

40000000$

Sleeping Girl (1964)

09/05/2012 (Sotheby's NEW YORK NY)

6

Andy WARHOL

33000000$

Double Elvis

09/05/2012 (sotheby's

7

Joan MIRO

32938500$

Peinture (Etoile Bleue) (1927)

19/06/2012 (Sotheby's LONDON)

8

Yves KLEIN

32699100$

"Le Rose du bleu (RE 22)" (1960)

27/06/2012 (Christie's LONDON)

9

Yves KLEIN

32500000$

FC1 (Fire Color 1) (1962)

08/05/2012 (Christie's NEW YORK NY)

10

Francis BACON

29999100$

"Portrait of Henrietta Moraes" (1963)

14/02/2012 (Christie's LONDON)



Les nouveaux records de l'année 2012


Une pluie de nouveaux records a ainsi inondé la première moitié de l'année 2012 : pour Edvard Munch bien sûr, mais aussi pour Marc Rothko dont les champs colorés de 
Orange, Red, Yellow grimpaient à 77,5 m$ contre 35 m$ à 45 m$ de fourchette d'estimation ! Cette toile d'un orange vibrant et éclatant fait de Rothko l'artiste le plus cher de la période après-guerre et Rothko dépasse désormais Francis Bacon, qui culmine à 77 m$ depuis la vente chez Sotheby's de son Triptych (15 mai 2008).

Rothko créait une fois de plus la surprise car déjà, en mai 2007, sa toile White Center plantait un record spectaculaire de 65 m$, enterrant de 45 m$ son précédent score (Homage to Matisse, vendu 20 m$ le 16 mai 2007 chez Christie's) !


Un autre record hisse encore la cote de Li Keran, qui fait partie des 10 artistes chinois les plus performants aux enchères depuis 2010. Li Keran, qui a modernisé la peinture traditionnelle chinoise en lui insufflant des accents occidentaux choisis, culmine désormais à 40,34 m$ avec 
Mountain in red, vendue chez Poly International à Pékin le 8 mai (il s'agit par ailleurs du seul coup de marteau de ce Top frappé en Chine).

Sommet encore pour Roy Lichtenstein avec 40 m$ (hors frais) déboursés pour Sleeping girl, pour le surréaliste espagnol Joan Miró qui enterre de 10 m$ son précédent sommet (Painting Poem se vendait 23,68 m$ le 7 février 2012 chez Christie's Londres) et devance désormais très largement Salvador DALI (dont le record est de 19,3 m$ pour son Portrait de Paul Eluard, vendu le 10 février 2011 chez Sotheby's Londres).



Enfin, le plus métaphysique des Nouveaux Réalistes français, Yves Klein, a enchaîné deux coups de marteaux au-delà de 32 m$, écrasant son précédent record de plus de 11 m$ !

Cette année, les surenchères ont été particulièrement spectaculaires. L'historique des ventes de ces grandes signatures de l'art eut peu de poids contre la détermination à acheter au prix fort des chefs-d'œuvre absolus de l'art du XXème siècle.


Dans ce classement, seuls deux artistes n'affichent pas de nouveaux records... il est vrai qu'Andy Warhol et Francis Bacon affichent déjà des sommets de 64 m$ et 77 m$ ! 

 

 

art market,marché de l'art,cotations art,records peinture


 Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net 

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

Alain VERMONT