06/12/2010

Les PINCEAUX pour Artistes Peintres

 

Les Pinceaux et leurs particularités.

Le pinceau reste le prolongement naturel de la main de l'artiste qui interprète, et réalise physiquement sur le support, les créations psychiques d'abord élaborées par son esprit inventif, curieux et talentueux.

Dans l'Antiquité, les égyptiens exécutaient leurs fresques avec des « instruments » qui s'apparentaient à des pinceaux primaires faits de feuilles de palme. Un peu plus tard les chinois perfectionnèrent « l'outil à peindre » en fixant des touffes de poils sur des tiges de bambou, afin de réaliser leurs calligraphies. Mais c'est à la Renaissance que l'artiste italien Cennino Cennini expliqua ce que devait être l'instrument parfait, dans son ouvrage « Livre des Beaux-Arts », imprimé en 1437. Cennini démontra alors que la fabrication des pinceaux ne pouvait qu' être réalisée avec des poils de petit-gris, de chevreuil, ou avec des soies de porc. Un peu plus tard, vers 1500, Léonard de Vinci découvrit le phénomène de la capillarité, et théorisa sur cette capacité qu'ont les poils à absorber une certaine quantité de liquide, pour la restituer ensuite dans une application des couleurs beaucoup plus régulière.

Ce principe fut alors mis en pratique par les fabricants de pinceaux qui, dans leurs multiples recherches de réalisation du pinceau parfait, inventèrent la virole métallique, vers 1750, pour parfaire l'union des poils et du manche de « l'instrument à peindre ».

Le poil demeure l'élément le plus important du pinceau, car c'est en quelque sorte la seule partie vivante de l'instrument, et qui remplit trois fonctions essentielles, à savoir, l'absorption de la couleur, la rétention de l'eau pour les techniques dites « humides », ainsi que la dépose de la couleur sur le support à peindre.

La qualité du pinceau reste donc un paramètre essentiel qui doit allier capillarité, réserve et élasticité des poils, permettant à l'artiste une application harmonieuse des couleurs, ainsi que l'expression de toute sa sensibilité. Il ne faut pas négliger les qualités techniques des pinceaux que vous utilisez, notamment en fonction des rendus visuels très achevés que vous souhaitez réaliser.

 

 

Huile 1.jpg

Il existe différents types de poils, les « naturels extra fins », martre ou petit-gris, les « naturels fins », putois, oreille de bœuf, chèvre ou poney, les « soies de porc », ou encore les « poils synthétiques ».

Les poils « naturels extra fins » sont constitués de milliers d'écailles qui vont permettre une facile absorption des couleurs à peindre, ainsi qu'une grande rétention de l'eau. Ces poils naturels sont formés d'un fuseau dont le « ventre » est plus ou moins volumineux. Ainsi, la réunion de multiples poils représentant la touffe du pinceau, va former le « ventre » dont la densité va conditionner son pouvoir de « réserve d'eau et de couleur ». La dépose de la matière à peindre, va quant à elle dépendre de la « réaction nerveuse » des poils.

Les poils extra fins qui restent les plus chers, car les plus précieux dans leur origine animale, sont ceux de la martre de Sibérie ou de Mandchourie, d'un rouge doré magnifique, d'une brillance satinée, et dont la résistance, la finesse et la souplesse sont exceptionnels.

Les fabricants emploient la dénomination de « martre rouge Kolinsky » pour des qualités de poils qui sont utilisées pour réaliser des pinceaux ronds spécifiques pour la technique de l'aquarelle, des pinceaux plats propres à la peinture à l'huile, et des pinceaux pour retouches.

 

Huile 2.jpg

Le poil du petit-gris (écureuil) est le poil naturel le plus fin, et qui s'adapte le mieux pour les « lavis », et les « techniques fluides ». Selon l'origine de l'animal, sa couleur peut être brune pour les écureuils de Kazan (Russie), bleue pour les écureuils de Saccamina, ou encore dorée pour les écureuils du Canada. Ce poil de petit-gris exprime une capacité d'absorption exceptionnelle. En effet, son volume augmente de 20% lorsqu'il est humidifié.

Les poils fins, de putois de Russie ou d'Europe Centrale, sont utilisés pour la réalisation d'aquarelles, ainsi que pour la réalisation d'huiles, avec des pinceaux plats, ronds ou langue de chat. Utilisé également pour l'huile, le poil d'oreille de bœuf est le plus long et le plus solide. Le poil de poney, appelé aussi « chameau » est un poil de poney ou de cheval. Il ne fait pas la pointe, mais possède une très grande « réserve ». Il est beaucoup utilisé pour l'exécution des gouaches.

Le Kevrin, en poils de Mangouste, est quant à lui un poil huileux et très fin. Il possède la qualité de la soie et la précision de la martre, une belle alliance pour réaliser vos oeuvres.

 

amb_kevrin.jpg

Les soies de porc, de Chine, sont réputées pour leur élasticité hors du commun. D'une très grande résistance, leur souplesse exceptionnelle s'adapte parfaitement pour la peinture à l'huile, notamment en ce qui concerne les soies blanches de Chungking. Certaines soies, d'un aspect naturel cambré, s'adaptent merveilleusement bien à la réalisation d'« empâtements ».

Les poils synthétiques, (fibres), depuis trois décennies, ont subi un développement technique considérable, qui les a transformés en un produit de grande qualité, dû en majeure partie au savoir-faire japonais.

Avec l'invention du Nylon et du Perlon, ces poils d'une remarquable élasticité, ont acquis une résistance supérieure à celle des poils naturels, utilisés sur des surfaces rugueuses. Ce sont des produits parfaits pour les peintures acryliques, car les résines qui composent ces pâtes à peindre, lient magnifiquement les fibres du pinceau, pour former une touffe de qualité qui facilitera la prise de couleurs.

La marque Jax-Hair est ainsi devenue la référence reconnue en matière de poils synthétiques de très grande qualité. Certains fabricants parviennent à une subtile combinaison des qualités des fibres, pour proposer des pinceaux à pointe mixte, composés de poils naturels et de poils synthétiques.

 

Acryl 2.jpg

Elément non négligeable du pinceau, le manche en bois naturel (bouleau, frêne, hêtre, chêne ou Wengé), doit avant tout procurer un toucher des plus agréables à l'artiste. N'oublions pas que ce même manche demeure l'un des deux éléments de transmission, avec les poils, du talent et du savoir-faire de l'artiste sur le support qui laissera ensuite apparaître son œuvre finale.

C'est pourquoi il existe différents types de manches, tant dans leur longueur que dans leur forme. Pour l'aquarelle,  le manche sera plus court que celui utilisé pour l'huile ou l'acrylique, afin de faciliter la touche en détrempe sur le papier. Un manche long donnera du recul par rapport au sujet, sur un châssis entoilé par exemple, et démultipliera les impulsions de l'artiste. Enfin, certains manches dont l'extrémité se termine en  pointe, permettront d'effectuer des retouches physiques plus mécaniques, ou de réaliser des « effets sgraffito ».

Paul Cézanne disait : « Peinture et dessin se font en même temps ». De là, on comprendra qu'un artiste doit disposer d'une certaine quantité de pinceaux fort différents les uns des autres.

Concernant la peinture à l'huile trois critères sont à prendre en considération, à savoir,  la consistance du pigment couleur, plus ou moins fluide, et permettant la réalisation de glacis ou d'empâtements.

La qualité du support récepteur, finesse du grain de la toile, ou porosité et rugosité du panneau.

La technique de réalisation de la touche, en aplats ou en précisions de détails.

Pour ce faire, différents types de pointes de pinceaux existent pour vous assister dans votre démarche technique et artistique.

Les pointes plates courtes seront utilisées pour réaliser les fonds, les jus durant la première phase d'exécution de l'œuvre, et les reprises.

Les pointes plates longues serviront à véhiculer la matière à peindre pour la disposition des masses, ou celle des couleurs de fonds, ou encore celle des aplats.

Les pointes rondes seront employées pour réussir des détails minutieux, des contours précis, ou des retouches fines.

Les pointes usées bombées serviront à l'exécution de l'œuvre, à la réalisation de modèles, aux glacis et aux finitions.

Les pointes en amande seront utilisées pour l'exécution de l'œuvre en phase avancée, pour les modelés, et les retouches.

Les pointes sur cambre transmettront une touche précise, rapide et nerveuse, idéale pour une matière en pâte.

Les pointes en éventail vous aideront à réaliser des fondus, des estompes et des glacis.

Les formes différentes des pinceaux s'expliquent donc par leurs spécificités techniques à même de vous permettre une optimale réussite de votre création artistique.

Le pinceau plat sera employé pour les fonds et les parties opaques.

Le pinceau usé bombé servira à une approche plus modulée de l'oeuvre.

Le pinceau rond sera l'outil de réalisation des détails.

La brosse-éventail sera utilisée pour les fondus.

Il est bon de préciser que chaque fabricant possède sa propre numérotation, ce qui implique, par exemple, qu'un pinceau N° 8 de la marque X, ne sera pas nécessairement le même qu'un pinceau N° 8 de la marque Y, dans sa taille et son volume de touffe.

Les grandes marques, qui pour beaucoup ont une polyvalence d'utilisation de leurs pinceaux pour l'huile, l'acrylique ou la tempéra, sont Raphaël, da Vinci, Jax-Hair, Isabey, Statford&York, etc...

Certains pinceaux plus spécifiques dans leurs qualités de fabrication, sont à signaler, comme le Lasur de la marque Habico, en numéros 6 - 10 - 14 et 18, de taille 23 cm, et qui vous permettra de réaliser des fondus sans laisser de traces apparentes sur le tableau.

Dans l'exécution de la peinture à l'huile, les pinceaux laissent souvent des traces de l'application des poils alors que l'artiste souhaiterait parvenir à une surface parfaitement lisse, dans le cadre d'un dégradé de tons par exemple. En retravaillant le motif avec ce pinceau, les traces disparaîtront. Il suffira, pour ce faire, de laisser « flotter » délicatement le pinceau au-dessus des couleurs, en s'appliquant à « caresser » ces couleurs. En décrivant des mouvements circulaires, ou des mouvements de haut en bas, les couleurs vont se répandre sur le tableau, en se mélangeant avec délicatesse, sans traces apparentes, et en exprimant des transitions parfaites d'une couleur à l'autre.

La forme particulière de sa pointe en poils de poney, vous permettra de réaliser les plus beaux effets de glacis par exemple. Comptez de 4 à 10 € selon le numéro du pinceau.

 

Lasur Habico.jpg


 

Le pinceau dentelé multi pointes, série 11543, de la marque Da Vinci, fait de fibres synthétiques dorées, sera utilisé pour la décoration,

dentelé 4 pointes.jpget pour réaliser des éléments naturels. Ses multi pointes vous permettront la création d'effets spéciaux, etl'enchaînement de diverses inspirations plastiques. Ce pinceau existe en deux tailles, 40 pour le triple pointes, et 60 pour le quadruple pointes.

 

 

dentelé 3 pointes.jpg

Le pinceau Vario Tip, série 1381, N° 5, de la même marque, est un pinceau brosse de forme éventail dont la particularité consiste dansvario tip éventail.jpg un mélange de fibres synthétiques dont les pointes sont de longueurs de sortie différentes. Cette astuce d'assemblage des pointes vous permettra de réaliser avec aisance des lignes parallèles, des points pour une technique « Pointilliste », l'herbe d'un paysage, des cheveux sur un portrait, ou encore des poils animaliers. Ce pinceau si particulier vous permettra également de réaliser des transitions de couleurs, des reflets sur une surface d'eau, ou des nuages, avec une grande aisance d'exécution. Le mélange des différentes qualités de ses fibres d'une grande finesse facilitera une bonne absorption des couleurs, ainsi que le travail de peintures épaisses. Ce pinceau existe également en plat long dans les N° 8 - 12 - 16 et 20.

 

vario tip 2.JPG


 

 

Le pinceau Quattro, série 2400/4, de la marque Da Vinci, est un pinceau très particulier, fait de 4 pinceaux assemblés, et qui permet beaucoup d'originalité de créations diverses, cercles, vagues, etc...

Sa spécificité première réside dans le fait que l'artiste peut charger une couleur différente sur chacun des 4 pinceaux, de manière à créer des effets de formes et de tonalités surprenants. Ce pinceau en 4 existe en largeur 60 ou 100 mm. A essayer.

 

4 pinceaux.jpg


Le pinceau Manolino, série 323 à pointe ronde, ou série 324 à pointe plate, en tailles 8 - 10 - 12 et 16, de la marque Raphaël, est un pinceau qui a été spécialement conçu pour les personnes handicapées qui souffrent d'un manque de coordination, ou d'une faiblesse de répartition de force au niveau des doigts. Son manche ergonomique ovalisé, large et aplati évitera le « roulement » entre les doigts. D'une utilisation facile, ses fibres synthétiques apporteront un trait précis qui restituera parfaitement la sensibilité créatrice de l'artiste.

Pour créer les plus belles aquarelles, optez pour le Martre Kolinsky de la marque Raphaël. En effet, la société Max Sauer, fondée à Paris en 1793, la plus ancienne fabrique d'Europe, est la seule à produire ces pinceaux en trois formes différentes, avec le même souci qualitatif de finition. La préparation et la coupe des poils, toujours réalisées de manière artisanale, et dans le plus grand respect des traditions anciennes, garantissent à ces pinceaux une qualité exceptionnelle. Chaque pinceau est testé rigoureusement, élément par élément, dans des conditions humides ou sèches. Ces pinceaux s'accompagnent d'une garantie. La numérotation est importante, à savoir : 6/0 - 4/0 - 3/0 - 2/0 - 0 - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 12 - 14 et 16. Ces pinceaux existent en pointe fine, série 8404, en pointe extra fine, série 8402, et en pointe effilée, série 8408. Il faut compter de 6 à 150 € selon le numéro du pinceau.

Il faut reconnaître que les matériels pour artistes-plasticiens restent des produits chers, mais il faut savoir que le prix détermine le plus souvent la qualité finale du matériel. C'est pourquoi il en est de même pour les couleurs que pour les pinceaux, dont les prix s'échelonnent de 4 à 1 500 € selon la qualité du pinceau et son numéro.

Enfin, il faut préciser que la durée de vie d'un pinceau ne relève que de son entretien, après usage. Donc, appliquez-vous à entretenir vos pinceaux, de manière à les conserver en bon état de fonctionnement le plus longtemps possible, c'est-à-dire durant de nombreuses années. Car, si son entretien est négligé, la forme de la pointe se dégradera inexorablement, les poils s'écarteront, et des résidus de matière à peindre s'incrusteront dans la touffe. Après quoi les poils ou les soies s'altèreront, pour se casser ensuite au niveau de la virole.

 

bassin.jpg


 

En ce qui concerne les couleurs solubles dans l'eau, un simple nettoyage à l'eau suffira, avec si besoin est, l'ajout d'un peu de Savon de Marseille.

La matière acrylique peut également être éliminée à l'eau si elle n'est pas encore sèche. Si tel n'est pas le cas, il faudra utiliser un dissolvant comme celui de la marque Lascaux qui peut dissoudre l'acrylique, l'huile ou la gouache, quand elles sont sèches.

Pour la particularité de la peinture à l'huile, il faudra au préalable « désengorger » le pinceau avec un chiffon doux. Si le pinceau est trèssèche pinceaux.jpgchargé en résidus, utilisez ensuite un solvant Essence de térébenthine ou White Spirit, avant de le laver à l'eau chaude avec un Savon de Marseille. Après ce premier nettoyage, essorez le pinceau avec un chiffon doux, afin de lui rendre sa forme d'origine, et laissez le sécher à l'air libre ambiant. Un séchage trop rapide, par une source de chauffage par exemple, est à proscrire, car cela aurait pour effet de faire rétrécir le manche qui alors ne serait plus serti avec précision dans la virole. Il est conseillé d'utiliser un « pincelier de séchage » ou un « pot à pinceaux », peu onéreux, pour suspendre vos pinceaux verticalement, afin que ces derniers sèchent dans les meilleures conditions.

 

Il existe par ailleurs des savons de nettoyage très efficaces, comme le Masters Brush Cleaner utilisé dans le monde entier par nombre d'artistes. Ce savon permet de se laver les mains et de nettoyer ses pinceaux. Son efficacité est telle qu'il ne sera pas nécessaire d'utiliser un autre produit pour éliminer tous les résidus de peinture.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net 

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

 

Alain VERMONT

 

 


 

 

 

13:06 Écrit par L'Art Pluriel dans 5 ter -- Les Pinceaux | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pinceaux pour artistes, pinceaux d'art |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Commentaires

pour la video de la chute d eau , franchement c est époustouflant, bravo à ben saber , je ne pensais pas que l on commencais à faire un tableau comme ca...c est vraiment magnifique...

Écrit par : niederhauser mary-jo | 23/02/2011

Bonjour,
j'ai parcouru vos pages avec beaucoup de plaisir car je recherche certains pinceaux que vous appelez lazur à poils de poney. Je suis peintre spécialisée dans le trompe l'œil et je recherche ces pinceaux pour réaliser des effets et j'en trouve dans peut d'endroits. pendant une de mes formations ils portaient le nom d'appuyeux ou rondins est ce le même genre de pinceaux et pourriez vous m'indiquer dans quel maison je peux les commander en effet j'habite la Corse et le port pour l'île est toujours important ( sur le continent quand je les trouve ils sont entre 10 et 20€ très chers pour moi car je les use très vite) Merci pour votre réponse. Très belle journée à vous. Cordialement Yolande www.123siteweb/YOLANDEMR

Écrit par : yolande | 05/06/2014

En anglais on parle d'orteil et talon d'un pinceau est ce que cette terminologie existe en français.

Écrit par : denaux | 23/05/2015

Les commentaires sont fermés.