27/11/2010

PEINTURE à l' HUILE : Additifs 2ème partie

 

PEINTURE à l’HUILE : Les Additifs.

Les Résines, les Baumes, les Gels et les Vernis.

L’AMBRE, utilisé aux XVème et XVIème siècles par les Maîtres Flamands tel Van Eyck, dont les tableaux, encore aujourd’hui, fascinent par l’effet d’émail qui les caractérisent, et dont le secret de dissolution se perdit pendant des siècles, fut « redécouvert » par Jacques Blockx (1844-1913) chimiste passionné par les couleurs à peindre, dans les années 1860. Aujourd’hui, le secret de sa dissolution est toujours préservé.

La dureté, l’éclat et la couleur de l’ambre le classent au premier rang des corps résineux. L’ambre dissous se marie magnifiquement avec l’huile pour devenir un produit gras et élastique qui ne se décompose pas. Il ne change pas de couleur et sa dessication reste lente et régulière. Cette résine dissoute engendre des vernis et des médiums qui confèrent aux peintures une inaltérabilité exceptionnelle. L’Ambre dissous à vernir Blockx, qui peut être mélangé dans toutes les proportions avec les couleurs à l’huile, transmet à ces couleurs une transparence, une finesse et une puissance de tons incomparables, qu’aucun autre produit ne saurait leur apporter. Une quantité de 7 à 10 grammes d’ambre dissous suffit pour vernir un mètre carré de peinture. Les Burettes de la marque Blocks, élégantes et pratiques car graduées, d’un conditionnement de 10 ml (environ 85€), ou de 25 ml, ont été pensées pour apporter un très grand confort d’utilisation aux artistes.                            Boite.jpg

Afin de respecter l’ancestrale règle du « gras sur maigre » (voir dossier Techniques), il faut éviter d’ajouter l’ambre à vernir aux couches de fond du tableau. A l’opposé, les solutions d’ambre à l’huile de lin ou d’oeillette pourront être enrichies d’ambre jusqu’ à l’achèvement de l’oeuvre. Si le tableau est réalisé en une seule fois, sans reprises, l’ambre à vernir peut être mélangé directement aux couleurs. Sur un panneau exempt d’enduction, donc vierge, l’ambre à vernir peut constituer un fond de grande qualité sur lequel seront ensuite posées les couleurs.

Utilisé sous forme de vernis ou de solution, l’ambre constituera alors un médium incomparable rendant superflu un vernissage quelconque, tout en représentant une protection épaisse et définitive.

Enfin, il faut savoir qu’un tableau verni à l’ambre ne souffrira jamais des dégâts qui seraient induits par le dévernissage d’un vernis classique. La fixité de l’ambre est telle, qu’après son durcissement, aucune action physique ou chimique ne peut l’altérer, les frottements et les dissolvants restent sans effet.

Un produit cher, mais ô combien exceptionnel.

 

Le Baume de Térébenthine de Venise de la marque Sennelier est un produit exceptionnel lui aussi, quand on est parvenu à maîtriser son dosage et sa pose physique sur le tableau.

De la consistance du miel, cette résine extraite du mélèze sera ajoutée, en qualité de « plastifiant brillant », aux couleurs à l’huile et aux vernis éventuellement. La qualité première de ce baume réside dans le fait que ce produit permettra à l’artiste de travailler longuement dans le « Frais » sans provoquer d’ « Embus » (Voir Lexique). En effet, tous les artistes ont supporté un jour le problème de la réaction chimique des couleurs ajoutées à la suite en couches fraîches, l’ « Embus ».

Ce baume évite ces désagréments en permettant à l’artiste de superposer plusieurs couches fraîches, sans que ces dernières se dénaturent entre elles, par le truchement du pouvoir plastifiant du produit. Cela va permettre d’avancer beaucoup plus rapidement la composition, car le temps nécessaire de séchage des peintures à l’huile reste toujours un élément à prendre en considération. Il faut cependant au préalable faire plusieurs essais sur de petites surfaces, pour apprendre à bien maîtriser le dosage qui sera d’un maximum de 5% du mélange pour éviter une fragilisation du film qui surviendrait inévitablement en cas de surdosage, et pour apprendre à maîtriser également la pose qui s’en trouve un peu particulière du fait de la texture plastifiante du produit. L’Essence de Térébenthine demeure le diluant conseillé.


Coffret 2.jpgLe Médium Liquin pour détails fins, de la marque Winsor&Newton, brillant, à séchage rapide, pour couleurs à l’huile et alkyde, permettra la réalisation de détails très fins, pour un portrait par exemple, et de glacis, sans laisser de traces apparentes du pinceau, et sans jaunir avec le temps.

 

Le Médium d’Empâtement de la marque Sennelier, apparaît comme une excellente solution technique économique pour réaliser des travaux en épaisseur sur le tableau. C’est un médium fait d’huile végétale et de résine naturelle qui permet tous les reliefs. Cette pâte d’une certaine fermeté reste légère pour une application à la brosse.

 

Le Gel Liquin light Gel de la marque Winsor&Newton est un gel clair qui confèrera onctuosité et souplesse aux couleurs auxquelles il sera associé. Il permettra également d’accentuer subtilement les coups de pinceau ou les touches faîtes au couteau, et de réaliser des dégradés de glacis très fins. Son séchage rapide laissera apparaître ensuite un magnifique éclat.

 

Le Médium Base Gel V de la marque Lukas, pour couleurs à l’huile posées au couteau, de par sa consistance, permettra des applications très épaisses de la matière à peindre, pour un séchage rapide, non nocif, et qui, utilisé en forte proportion adoucira l’aspect «  fripé » de la pose au couteau à peindre. C’est un gel qui ne jaunira pas et résistera à l’attaque d’une térébenthine.

Les Vernis, de finition ou à retoucher.

Les vernis sont généralement composés de résine et d’essence de térébenthine ou de pétrole. Ils sont utilisés pour protéger l’œuvre des agressions chimiques, des poussières et autre dépôts de fumée, insectes, etc…et pour créer des effets visuels. Ils peuvent conférer à l’œuvre un aspect brillant, mat ou satiné uniforme.

Il existe des vernis provisoires, dits vernis à retoucher, ou des vernis définitifs dits vernis de finition. Leur choix est fonction de la nature même de l’œuvre, de l’effet souhaité et de la rapidité du séchage. Les vernis à retoucher protègent l’œuvre des impuretés, et exaltent les tons des couleurs en facilitant leur pose et en renforçant l’adhérence des couches. Ces vernis se composent généralement de vernis de Damar ou de résine mastic.

Les vernis de finitions sont la couche finale de l’œuvre qui va protéger cette dernière des agressions extérieures, chimiques ou physiques. Chaque vernis de finition possède ses propres caractéristiques. Pour appliquer un vernis de finition sur une œuvre à l’huile, il faut impérativement attendre que cette dernière soit complètement sèche, c’est-à-dire attendre de 6 mois à un an selon l’épaisseur de la matière à peindre !

Il existe de trop nombreux cas de tableaux, vernis alors qu’ils n’étaient pas suffisamment secs, y compris chez les Grands Maîtres, et qui expriment aujourd’hui des souffrances physiques en laissant apparaître les défauts chimiques de leur passé, gerçures, craquelures, fissures, etc… Ce vernis de finition doit être appliqué sérieusement en deux phases successives. La première pose de vernis s’effectuera avec une dilution de 10 à 20%. Après un séchage de 2 jours, la seconde couche sera appliquée pure ou avec une dilution de 10%. Il faut « tirer » le produit dans des passes croisées. Les vernis posés à la brosse ou au pinceau donnent toujours un meilleur fini que les vernis appliqués par aérosol pour lesquels le dosage sur l’œuvre réclame une certaine maîtrise.

Pinceau +toile.jpg

Le vernis à retoucher JG Vibert de la marque Lefranc&Bourgeois fera disparaître les « embus », c’est-à-dire les zones mates et poreuses, et facilitera la reprise des poses de couleurs ainsi que leur application en assurant la liaison entre les couches successives.

 

Le vernis à retoucher Turner de la marque Sennelier peut être utilisé pour protéger l’œuvre d’une manière temporaire contre les poussières, ou pour faciliter un transport quelconque. C’est un vernis léger, sa composition originale très diluée n’étouffe pas les couleurs et ralentit peu le processus d’oxydation nécessaire au séchage de la pâte. Fabriqué à base de gomme de Damar, il sèche rapidement, et permet de corriger les « embus », en ravivant les couleurs. Il facilite aussi la reprise du travail à l’huile sur un fond sec. A utiliser avec un diluant Essence de térébenthine ou de pétrole.


Les vernis de finition : la protection ultime de l’œuvre.

Le vernis de finition surfin de la marque Pébéo est un vernis très transparent qui exaltera l’intensité des couleurs, en séchant rapidement. Sa protection de l’œuvre sera durable. A poser sur un tableau parfaitement sec.

Le vernis de finition de la marque Schmincke est un vernis fabriqué avec des résines artificielles, qui ne jaunit pas, et demeure très flexible. Soluble à l’essence de térébenthine, il nécessite d’être appliqué sur une peinture très sèche.

Le vernis mat de finition de la marque Lefranc&Bourgeois est un vernis qui peut être utilisé pour l’huile, l’acrylique et la gouache. C’est un vernis souple, qui offre une clarté permanente ainsi qu’une extrême résistance.

Mélangé dans toutes proportions avec le Vernis à retoucher et le Vernis de Damar de la même marque, il exprimera un aspect satiné sans altérer la vivacité des couleurs.

Les vernis de finition en aérosol existent dans plusieurs grandes marques, Schmincke, Pébéo, Lefranc&Bourgeois. Avant la pose définitive, il est conseillé de faire des essais préalables, sur un carton par exemple, pour apprendre à éviter les surcharges. L’aérosol doit être agité énergiquement avant usage, et la pose doit être réalisée bord à bord, de haut en bas, et à une distance de l’œuvre de 25 à 30 cm environ. Il faut renouveler les vaporisations après séchage jusqu’à l’obtention de l’effet final désiré. Ce sont généralement des vernis de bonne qualité, et qui se diluent à l’essence de térébenthine. Ces vernis sont à appliquer également après le séchage complet du tableau.

 

Sennelier pigments.jpg

 

Le nettoyant pour pinceaux, spécial huile, de la marque Daler&Rowney, lavable à l’eau, est un excellent produit qui restitue la forme naturelle du pinceau grâce à sa fabrication à base d’huile naturelle, en le protégeant des agressions chimiques des essences et médiums utilisés pour la peinture à l’huile. D’une consistance de gélatine, ce nettoyant est biodégradable, non inflammable et inodore.

 

Le nettoyant pour pinceaux de la marque Schmincke, biodégradable, éliminera toutes les tâches de peinture, de vernis à base de résine, de laques cellulosiques ou de dispersions, de graisse, d’huile, et les dépôts de la plupart des colles.

Pour nettoyer les pinceaux, il suffit de les tremper jusqu’à la « virole » de manière à ne pas éliminer le vernis de leur tige. La durée du trempage dans le nettoyant sera variable, en fonction des résidus. Compter de 5 minutes à 3 heures au maximum.

 

 

 

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net 

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

 

Alain VERMONT

10:28 Écrit par L'Art Pluriel dans 5 -- TECHNIQUES Huiles | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : additifs peinture à l'huile, ambre, baume, gel, vernis |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Commentaires

Bonjour et merci pour toutes ces précieuses infos…
Ce pendant j’ai un gros problème (si seulement j’avais lu vos conseil avant)
J’ai verni un tableau avec un vernis aérosol « mat »et malheureusement il y a des zones de surcharge.
Comment faire pour les estompé ? j’ai a nouveau repasser une couche et les zones sont toujours présentes.
Avez-vous un conseil…
Aussi je pensais passer un vernis brillant, ce n’est pas exactement ce que je voulais, mais cela sera mieux que de garder ces zone.
Merci de votre aide
XM

Écrit par : xm | 06/11/2011

Salut)
Je ne savais pas à propos de ces merveilleuses qualités d'ambre.

Écrit par : loans online approval | 09/11/2011

Bonjour,

J'ai besoin d'un conseil : j'ai plusieurs tableaux que j'ai peints à l'huile il y a plus d'une dizaine d'années et je souhaiterai les vernir maintenant car je n'ai jamais pris le temps de le faire.
Merci de me dire si cela est possible sans risque pour les peintures.

Sonia Wohl

Écrit par : WOHL | 21/06/2012

bonjour, j ai trouver votre site interessant et bien fait clair. j aimerai vous demander, je me lance dans la laque et j ai du mal a me decider pour le choix du vernis. il n y a pas beaucoup d ecrits sur le sujet, peut etre pour pourrez vous m aider. Je suis peintre (huile) j ai travailler beaucoup avec l ambre et je fais aussi de la sculpture sur steatite. merci par avance si vous avez qques connaissances a partager. Salutations.

Écrit par : zaoui cat | 06/02/2014

Les commentaires sont fermés.