10/09/2008

PEINTURE - L'ART NAIF

L’ART NAIF

 

Dans toutes les époques de l’histoire humaine, les artistes ont spontanément cherché à se faire les interprètes

de cette aspiration au désir de paradis que souhaite chacun de nous. A la fin du 19ème siècle, l’Art Naïf prit en France la valeur d’un style, car l’éveil du public averti à une nouvelle compréhension de l’imagerie, entraînait un attrait particulier pour une idéalisation du réel.

 

L’époque de l’ère nouvelle qui avait commencé vraiment avec le Salon des Indépendants créé en 1884, favorisa une peinture détachée de toute référence culturelle ou esthétique. L’encadrement officiel de l’institution académique vit alors son autorité contestée, et ce nouveau Salon, sans jury, admit toutes les créations. Les artistes amateurs qui pratiquaient la peinture « naïve des peintres du dimanche », s’exprimèrent alors avec une candeur naturelle qui déconcerta par sa volonté à représenter le quotidien d’une manière nouvelle. Ces artistes sans formation picturale s’appliquèrent à reproduire des scènes dans lesquelles, par souci du décor, ils embellirent le plus souvent le sujet avec des détails minutieux.

 

Douanier rousseau (3).jpg
Le rêve, par Le Douanier Rousseau, 1910.
 
 

Leur palette manifesta une multitude de couleurs gaies qui étaient posées en aplats, souvent sans volume, ni matière. Les plans colorés de leurs tableaux révélaient un fin coup de pinceau animant des compositions d’aspect primitif, et qui représentait leur vision de l’existence terrestre. Dans l’authenticité naïve de leur art, ils s’appliquèrent à produire des tableaux parfois symbolistes ou historiques, qui pouvaient également s’avérer être des portes ouvertes sur l’onirisme de l’homme, ou sur ses cauchemars les plus secrets. Une interprétation de l’inconscient fait réalité picturale.

 

L’ingénue pratique de ces artistes autodidactes assurément doués d’un sens plastique naturel, et très éloignés d’un quelconque souhait à se rapprocher de l’Art savant académique, choqua l’œil, avant que le public admît enfin cette nouvelle peinture qui ne s’embarrassait pas de la perspective conique traditionnelle, mais qui offrait cependant au regard étonné, des scènes d’un quotidien embelli, ou des sujets mieux recensés par l’Histoire, traités dans un contenu symbolique.

Nouveau, si vous souhaitez obtenir diverses informations concernant un artiste-plasticien, les expositions mondiales, ou le marché de l'art, cliquez en haut de page à droite sur ARTPRICEGratuitement vous aurez déjà accès à un grand nombre d'informations...

Pour découvrir plus d'informations concernant l'Historique de l'Art (de la préhistoire à nos jours), toutes les techniques utilisées (supports, matériels, produits, fabricants et marques, etc...), les réalités du Marché de l'Art International, visitez mon site : www.lartpourtous.net 

Ce site dispose d'un certificat de sécurité SSL.

 

Alain VERMONT

 


12:32 Écrit par L'Art Pluriel dans 3 -- PEINTURE : HISTORIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.